Job 2:9 : bénir ou maudire ?

Certaines bibles traduisent en effet par "maudire" ce que d'autres traduisent par "bénir".

Voici une explication (source):
L'antiphrase est une tournure rhétorique fréquente en hébreu: on emploie un terme pour signifier son contraire. Pour désigner le cimetière on dit par exemple "la maison des vivants". Ainsi, lorsque la femme de Job l'incite à "bénir" Dieu, la plupart des traducteurs y voient une façon détournée de le pousser au blasphème.

La Septante a: "dis quelques paroles", ce qui résout le cas de manière élégante...

Vierge ou jeune fille ?

La vierge sera enceinte - elle mettra au monde un fils
(Mat 1:23, qui cite Esaïe 7:14)

Les spécialistes ne s'accordent pas tous sur la signification exacte du terme hébreu dans Esaïe 7:14: s'agit-il d'une vierge ou d'une jeune fille ?

Matthieu cite ici la LXX (Septante), où le mot grec signifie sans aucun doute possible vierge. Ainsi, inspiré par le Saint-Esprit, il met fin à tout doute dans l'interprétation d'Esaïe 7:14.

(John MacArthur)

Ainsi, lorsqu'il cite les textes de l'AT, le Saint-Esprit cite la Septante, de manière à ce que les termes soient compréhensibles sans risque de confusion: l'hébreu en effet a pour caractéristique de posséder des termes qui ont d'innombrables sens, et c'est pourquoi le NT a été écrit en grec, afin d'éviter de se poser d'interminables questions sur le sens des mots.

Quelles leçons tirer du livre de Job ?

  1. Il se produit dans le ciel des événements dont les croyants n'ont pas connaissance et qui, pourtant, ont un impact sur leur vie
  2. On peut déployer d'énormes efforts pour trouver une réponse aux grandes questions de la vie, sans aucun succès
  3. Les enfants de Dieu peuvent souffrir - il arrive constamment que l'épreuve frappe des justes, de sorte qu'on ne peut mesurer la spiritualité de quelqu'un aux circonstances - bonnes ou mauvaises - qu'il traverse
  4. Même quand Dieu semble loin, la persévérance dans la foi est le meilleur recours possible, parce que Dieu est bon et que chacun peut en toute sécurité abandonner sa vie entre ses mains
  5. Le croyant en proie à la souffrance ne devrait pas s'éloigner de Dieu, mais plutôt se rapprocher de lui afin d'être réconforté par une communion, même s'il ne reçoit aucune explication
  6. La souffrance peut être intense, mais elle cessera un jour pour le juste, et Dieu le bénira avec abondance

John MacArthur, dans son introduction au livre de Job

Justesse de la Septante: confirmation par les Juifs eux-mêmes


Entre 1:30 et 1:50 il est confirmé qu'avant Qumran les plus anciens manuscrits hébraïques de l'AT dataient du Moyen-Age.

De 37:40 à 38:40 il est confirmé que les textes hébraïques trouvés à Qumran sont plus proches de la Septante que du texte hébreu actuel (texte massorétique).

Pour rappel:
Ce slide explique ce qu'est la Septante
Ce texte, au §3, montre que tous les Juifs ne sont pas au courant

Il peut par conséquent être utile de connaître ces différents points pour pouvoir répondre à une personne qui s'étonnerait des différences entre le texte hébreu de l'AT et ses citations dans le NT.


L'amour implique la liberté

N'est-il pas étonnant que le même mot grec (krisis) ait été traduit en français par choix/décision, jugement et tri ?

Pas si étonnant que cela, si on considère que lorsque la Bible nous demande de nous juger afin de ne pas être jugés, elle nous demande en fait de trier en nous entre ce qui est du domaine de la vie et ce qui est du domaine de la mort. Si nous décidons de ne pas faire ce choix du tri, alors le grand tri final ne nous épargnera pas.

Remarquez que nous sommes libres de décider de faire ou non ce tri: le Dieu d'Amour nous laisse le choix, car Il nous veut libres. Cependant, ce choix décide de notre éternité (*). Ce n'est au final pas Dieu qui décide de notre éternité (*), mais nous-mêmes!

Par ailleurs, si Paul, dans ses lettres, est si catégorique envers ceux qui vont perdre leur liberté en faisant demi-tour par judaïsation (adoption de lois contraignantes, rejetant ainsi la grâce et crucifiant à nouveau Jésus), c'est parce qu'il attache une grande importance à cette liberté de choix qui n'existe plus sous la Loi. Il y a le grand choix entre la grâce et la Loi, mais une fois sous la Loi il n'y a plus de liberté de choix. Ceci est très important et ne semble pas être compris de beaucoup de néo-judaïsants.

Autre exemple: lorsqu'il demande à Philémon de bien accueillir l'esclave qui s'était échappé, Paul ne lui demande pas de lui rendre sa liberté (ce serait ne pas lui laisser le choix de sa décision), mais il lui demande de l'accueillir en frère, espérant que l'amour qu'implique la foi l'amènera à le libérer.

Un dernier mot: la sainteté, c'est le fait d'être mis à part - c'est un choix, d'abord de Dieu, puis de nous-mêmes.

(*) qui est plénitude en Dieu

Si Jésus le fait, d'autant plus nous...

Amen, amen, je vous le dis: le Fils ne peut rien faire de lui-même, sinon ce qu'il voit faire au Père - ce que Celui-là fait, en effet, le Fils aussi le fait pareillement (Jean 5:19)

Je ne peux rien faire de moi-même: je juge selon ce que j'entends - et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m'a envoyé (Jean 5:30)

Moi, JE SUIS, et je ne fais rien de moi-même, mais je parle selon ce que le Père m'a enseigné (Jean 8:28)

Je n'ai pas parlé de ma propre initiative: c'est le Père, qui m'a envoyé, qui m'a donné Lui-même instruction sur ce que je dois dire et ce dont je dois parler (Jean 12:49)

Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de ma propre initiative: c'est le Père qui, demeurant en moi, fait Ses oeuvres (Jean 14:10)

Psaume 22:17b

Ils ont percé mes mains et mes pieds

Dans certaines traductions de la Bible, on ne trouve pas ils m'ont percé mes mains et mes pieds mais comme un lion, [un verbe] mes mains et mes pieds, ce qui fait perdre au texte sa portée prophétique.

C'est effectivement ce que donne la traduction du texte massorétique TM (texte hébreu reconstitué au Moyen Âge) qui s'écarte de la version des Septante LXX: il faut donc supposer que pour leur traduction les Septante disposaient d'un texte hébreu différent.

Lequel ?

1. le TM n'est grammaticalement pas très satisfaisant, puisqu'il manque un verbe dans la phrase (comme un lion, mes mains et mes pieds).

2. Les manuscrits hébreux de Nahal Hever datés de 50-68 ap. J.-C., donc plus anciens que le TM, confortent la LXX (Peter W. Flint, "Biblical Scrolls from Nahal Hever", Discoveries in the Judean Desert, 38, Oxford, Clarendon Press, 2000, p. 133-166).

A l'époque où la LXX a été rédigée, l'hébreu n'avait pas de voyelles, qui ont été rajoutées très tardivement. C'est donc la LXX qui est correcte car elle est conforme à la prononciation de l'hébreu à une époque où c'était encore une langue vivante. Ce qui n'était plus le cas depuis longtemps lorsque le TM a été écrit (codex de Saint Pétersbourg: 10ème siècle).

A noter que de manière assez récurrente, les textes messianiques qui apparaissent comme prophétiques dans la LXX perdent cette portée dans le TM.

Complément de lecture

Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère

Cette parole de Dieu est importante, dans le sens où il est vital que les êtres de foi comprennent que tout nourriture, même celle dite chrétienne, ne produit pas forcément la Vie éternelle : ce qui nous a nourri peut être ce qui détruira Christ en nous.

En quoi le "lait" détruirait-il Christ en nous ?

La lecture spirituelle de la Bible

Je constate de plus en plus qu'un seul mot biblique est un océan de vie. Chaque mot est vivant. Dans sa Parole, Dieu se donne totalement, jusqu'à devenir notre chair. Il entre dans notre vie pour la transfigurer. La méditation ouvre le coeur à cette vie de Dieu.

Chaque mot biblique est aussi un océan d'amour. Si un mot a l'air de dire le contraire de cet amour, je m'arrête et recherche ce qu'il signifie, jusqu'à ce qu'il s'enracine dans cet amour, sinon j'ai mal compris, car du Dieu amour ne peuvent venir que des mots d'amour, en sachant que la colère de Dieu dit son amour blessé.

Dans chaque mot biblique, je discerne aussi l'amour de celui qui a écrit. Chaque verset, chaque mot est pétri de l'amour de celui qui a écrit. Quel amour a-t-il fallu pour écrire "Au commencement Dieu créa le ciel et la terre..."! Celui qui a écrit cela n'y était pas, mais il était pris d'un immense amour qui lui a permis de comprendre l'amour qu'il a fallu à Dieu pour créer tout l'univers. Devant cette rencontre de l'amour de Dieu et de l'amour de l'auteur biblique, l'amour s'éveille en moi et remplit ma lecture au point d'en marquer parfois ma journée entière.

Je lis de plus en plus lentement pour ne pas passer trop vite sur la profondeur des mots, sur leur poids d'amour, leur jaillissement de vie et de lumière.

Daniel Bourguet, Dieu au coeur de nos vies
Source

Prov 6:6-10

Va vers la fourmi, ô paresseux,
regarde, et imite ses voies,
et deviens plus sage qu'elle.

Car, alors qu'elle n'a pas de champ,
ni personne qui la contraigne,
aucune soumission à un maître,
elle prépare l'été sa nourriture,
et en fait d'abondantes provisions
au temps de la moisson.

Ou bien encore va voir l'abeille,
et apprends comme elle est industrieuse,
et combien son travail est digne de notre respect.

Car les rois et les particuliers usent,
pour leur santé, des fruits de son labeur,
elle est glorieuse et désirée de tous,
et, si chétive qu'elle soit, on la distingue,
parce qu'elle honore la sagesse.

(trad. Septante)

Luc 15:11-32

En Luc 15:11-32, il est question de fils prodigue (*)

Le fils aîné, c'est l'homme religieux, le vieil homme, qui sert son Dieu dans l'espoir d'une récompense, mais dont le coeur est sclérosé: c'est le salut par les oeuvres.

Le cadet, c'est l'homme perdu qui devient un homme de foi, un nouvel homme, par amour de la vérité: c'est le salut par la grâce.

Lisez Aîné et cadet pour vous forger votre propre opinion au sujet du rapport aîné/cadet dans la Bible, et développer par vous-même Luc 15:11-32.


(*) et non pas de fils prodige, comme on entend parfois... ;-)

Luc 4:18-19

En Luc 4:18-19, il est question de:
- annoncer la bonne nouvelle aux pauvres
- proclamer aux captifs la délivrance
- proclamer aux aveugles le retour à la vue
- renvoyer libres les opprimés

Le sens immédiat de ce texte est évident.

Voyons ce qu'une approche moins terre-à-terre peut nous apprendre

Les pauvres en savoir, en connaissances, en tout ce qui touche au domaine de l'âme, ce sont ceux qui ont besoin d'un enseignement solide, d'être entourés, protégés, de manière à ce que les loups ravisseurs ne puissent pas en faire leurs victimes.

Les captifs sont ceux qui sont enfermés dans des modes de pensée qui les poussent au déni, otages d'enseignements partiels ou carrément faux, prisonniers de leurs émotions, bloqués dans leur volonté, dépendants de l'opinion des autres, etc.

Les aveugles sont ceux qui ne voient que ce qu'ils veulent bien voir, ne croient que ce qu'ils croient voir, ferment les yeux sur la réalité pour vivre dans leur petit monde fabriqué sur mesure, etc.

Les opprimés sont ceux qui subissent des pressions de la part de ceux qui prétendent les guider, qui sont paralysés dans leur libre arbitre, incapables de décider par eux-mêmes, etc.

Voyons à présent ce qu'une approche spirituelle peut nous révéler

Les pauvres (en esprit), ou mendiants (d'Esprit), ce sont ceux qui ressentent profondément leur besoin de la bonne nouvelle du Salut, qui crient à Dieu pour recevoir Son Esprit en eux. De pauvres en esprit, ils deviennent riches en Esprit.

Les captifs sont ceux qui sont enfermés dans une vision monolithique des réalités spirituelles, qui se contentent d'un savoir académique, théologique en ce qui concerne ces réalités spirituelles, qui ne réclament pas ou ne mettent pas en oeuvre les dons de l'Esprit accordés par Dieu, etc.

Les aveugles sont ceux qui refusent de voir avec les yeux de l'Esprit, ferment leur entendement à la Lumière, leur coeur à l'amour, refusent la foi qui déplace les montagnes, etc.

Les opprimés sont ceux qui ne sont pas libérés des chaînes spirituelles de l'ennemi, qui sont tiraillés entre le monde séduisant mais obscur de l'ennemi et le monde lumineux de la vérité qui libère, etc.

Recentrez-vous sur Christ...

...et pour vous aider, voici des livres incontournables (cliquer sur les titres):

Christ et toutes les réalités et choses spirituelles
Lorsque les croyants contactent Christ, ils contactent en vérité toutes les réalités et les choses spirituelles, et lorsque les croyants L'obtiennent, ils reçoivent tout ce que Dieu à préparé pour ceux qui l'aiment. Sans une vision du Christ tout-inclusif, même notre recherche la plus sincère de Dieu peut se limiter au désir de recevoir de bons enseignements, des vertus excellentes et la croissance spirituelle, tant de choses qui peuvent être distinctes de Christ qui est le chemin, la vérité et la réalité.

La divinité de Christ
La divinité du Seigneur Jésus-Christ est un principe essentiel - et non négociable - de la foi chrétienne. Il y a de cela très longtemps, Jésus a posé cette question à ses disciples: "Et vous, qui dites-vous que je suis ?" Voilà une question vitale à laquelle nous devons tous répondre. Heureusement, les Écritures nous éclairent sur l'identité de Jésus-Christ et apportent une réponse définitive à cette question. À partir d'une dizaine de textes du Nouveau Testament, l'auteur examine cette vérité qui dépasse l'entendement des plus grands esprits de l'histoire de l'humanité: le Dieu éternel et infini s'est fait homme en la personne du Seigneur Jésus-Christ.

Connaître Christ
Les puritains aimaient la Bible et ils prenaient plaisir à y plonger leurs regards. Ils aimaient aussi le Seigneur Jésus, lui qui est, bien entendu, le personnage central de la Bible. Ils méditaient sur sa personne, centraient leurs pensées sur lui et étudiaient avec minutie tout ce que les Écritures pouvaient dire à son sujet. Ils l'exaltaient constamment et consciemment dans leurs prédications, leurs louanges et leurs prières. Dans ce livre, l'auteur présente la personne et la gloire de notre Sauveur en s'appuyant sur des vérités bibliques profondes et vivifiantes. Voici un livre qui enrichira nos âmes du 21e siècle et qui nous conduira dans l'adoration.

Le manifeste de Jésus
Chaque réveil et chaque restauration dans l'Église a été une redécouverte d'un aspect du Christ en train de répondre à la question ultime posée par Jésus à ses disciples: "Qui dites-vous que je suis ?". Ce livre présente une nouvelle révélation de Jésus comme étant non seulement le Sauveur et le Seigneur, mais bien plus encore. C'est un appel prophétique à restaurer la suprématie et la souveraineté de Christ dans un monde - et une Église - qui l'a perdu de vue. Découvrez votre Seigneur comme vous ne l'aviez jamais vu auparavant.

Le saviez-vous ?

Dans un précédent article "Le saviez-vous ?" nous avons vu que je ne manque de rien peut aussi se traduire rien ne me manque, que le juste vivra par la foi peut aussi se traduire le juste par la foi vivra, etc.

En Jean 1:23, nous avons je suis celui qui crie dans le désert : Rendez droit le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Esaïe (40:3)

Pour des raisons de rythme des 2 phrases parallèles, il est en fait dit en Esaïe 40:3
Quelqu'un crie :
Dans le désert, frayez le chemin du SEIGNEUR!
Aplanissez une route pour notre Dieu dans la plaine aride!

Nous devons donc avoir en Jean 1:23
Je suis celui qui crie:
Dans le désert rendez droit le chemin du Seigneur,
comme a dit le prophète Esaïe

Le désert, c'est notre coeur lorsqu'on lui retire tout ce qui est artificiel, du monde et de la chair

Notre coeur ne peut accueillir l'Esprit de Dieu s'il est tortueux (Jér 17:9)

C'est pourquoi il doit être rendu droit et aplani pour que le Seigneur puisse y régner

Exemple éclairant d'analogie entre un texte de l'AT et le NT

Abraham a un fils unique: Isaac
Dieu a un fils unique: Jésus

Abraham est prêt à sacrifier son unique
Dieu est prêt à sacrifier son unique

Le serviteur Eliézer (nom qui "signifie Dieu est notre aide, notre secours, notre avocat") a pour mission de trouver une épouse pour Isaac

L'Esprit saint (qui est notre aide, notre secours, notre avocat) a pour mission de trouver une épouse pour Jésus (l'Église)

Église signifie "appelé hors de" - or, Abraham a été appelé à sortir hors de son territoire d'origine: il est par conséquent le précurseur de ceux qui sont "appelés hors de", et c'est pourquoi il est appelé "Père de ceux qui ont foi" (Ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d'Abraham, selon Galates 3.7), donc Père de l'Église en tant que précurseur



Par conséquent, l'Église a toujours été l'ensemble des appelés. Il y a 2000 ans, certains sont sortis de cette Église (les Juifs qui ont rejeté Jésus en tant que Messie), et d'autres y sont entrés (ceux des nations[1]). Il n'y a donc jamais eu remplacement d'Israël par l'Église, comme certains essaient de le faire croire, puisque cette dernière était là bien avant Israël...

[1] A noter qu'Abraham signifie "Père des nations"

Nous ne mesurons pas la réussite de ce site à sa popularité, mais à sa fidélité à Dieu. Sachant que seule une personne sur dix recherche vraiment la vérité, moins nous aurons de succès, plus nous serons certains d'être dans la vérité.

Louer pour toutes choses

Si quelqu'un prétendait vous indiquer le chemin le plus court et le plus sûr qui conduit au bonheur et à la perfection, il devrait vous conseiller, comme règle de vie, de remercier et de louer Dieu pour tout ce qui vous arrive. Car il est certain que, quelle que soit l'adversité rencontrée, vous la transformerez en bénédiction si vous louez et remerciez Dieu pour cette épreuve. (William Law)

Je remercie Dieu pour mon infirmité, car c'est au travers d'elle que j'ai trouvé mon Dieu, mon travail et moi-même. (Hélène Keller)

Heureux celui qui se soumet à la volonté de Dieu car le malheur ne l'atteint pas. Les hommes peuvent le traiter à leur guise... il ne s'en soucie pas, il sait que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. (Martin Luther)

Demandez à Dieu la grâce de voir sa main dans chaque épreuve, puis la grâce de vous y soumettre aussitôt. Non seulement de vous soumettre à cette épreuve, mais également de l'accepter et de vous en réjouir... Je pense que, parvenus à ce stade, nous voyons disparaître la plupart de nos ennuis. (Charles H. Spurgeon)

En toutes choses rendez grâces, car telle est la volonté de Dieu dans le christ Jésus à votre égard (1 Thessaloniciens 5:18)
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Ce site ne fait pas d'appels d'argent (*), mais a besoin de vos prières

(*) Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus!
(2 Thess 3:10)