Rechercher dans ce blog

Qu'est-ce que l'Église ?

L'Église est l'ensemble de ceux qui sont appelés hors du monde (ekklèsia = appelé hors de: ek - hors de, klèsia - de kalèo, appeler => ekklèsia, Église), du fait de la mise à part pour Dieu (1), de même qu'Abraham a été appelé hors de sa terre natale (2) - hors des systèmes du monde, hors du périmètre délimité par la chaîne qui entrave le satan, hors de l'univers régi par la chair.

C'est un petit troupeau (Luc 12:32): il ne s'agit pas de l'institution multitudiniste actuelle (qu'elle soit catholico-orthodoxe, luthéro-calvino-réformée-protestante-évangélique, ou autre), mais de l'ensemble de ceux dont le Nom est inscrit dans le Livre de Vie. C'est pourquoi on ne peut pas écrire l'histoire de l'Église (3): seul Dieu la connaît - seul Dieu connaît ceux qui font partie de Son Église: ne fait pas forcément partie de Son Église celui qui est né dans une religion chrétienne, ou qui est baptisé. Font partie de Son Église ceux qui marchent selon l'Esprit, ceux qui vivent du nouvel homme qu'est Christ.

Dieu voit l'Église comme l'ensemble de ceux qui sont sortis du monde. Il ne voit pas les dénominations, qui l'indiffèrent. Ce n'est pas notre doctrine qui importe, mais notre appartenance à Christ. Si nous dépendons d'une doctrine, d'une dénomination, d'une assemblée, nous sommes encore dans le monde. Où est notre trésor, là est notre coeur. Or Jésus est la vérité, qui rend libre.

Dire "une église" est donc un non-sens: il n'y a qu'UNE Église, celle qui rassemble tous ceux qui sont sortis hors du monde. Non-sens aussi d'appeler un bâtiment une église...

De plus, dans le NT, on parle de "l'Église à", et non pas de "l'Église de" (p.ex. "l'Église à Corinthe", et non pas "l'Église de Corinthe"): il y a une seule Église, et des assemblées (4). Dire "les Églises" est donc un non-sens.

Les dénominations sont une abomination devant Dieu: il n'y a qu'UNE Église, la Sienne, composée des sauvés, que Lui Seul connaît...!

On entre dans le salut par l'Église, dans le sens où on ne peut entrer si on n'est pas sorti: tu n'entres dans le salut que si tu sors du monde, à l'appel de Dieu. Une fois sortis (car appelés hors de) nous nous réunissons en assemblées, qui ne sont pas l'Église, mais une partie de celle-ci.


Église versus Israël

L'Église ne remplace pas Israël: l'Église a toujours été là, dès le début, et l'Histoire d'Israël était nécessaire pour que l'Histoire du Salut puisse s'accomplir. Certains disent que l'Église est une parenthèse dans l'histoire d'Israël, d'autres disent qu'Israël est une parenthèse dans l'histoire de l'Église, assemblée universelle de tous les temps. La vérité est que la religion est une parenthèse dans l'histoire de la foi: Moïse n'a-t-il pas paru après Abraham, père des croyants ? Abraham n'a-t-il pas été appelé hors de sa terre natale, donc fondé l'Église, qui signifie "appelé hors de" ? L'Église est atemporelle, existait déjà dans l'AT, et lorsque Jésus n'a pas été reçu comme le Messie, Dieu a décidé de joindre aux Juifs qui avaient foi en Lui (l'Église), ceux des nations, qui sont alors entrés dans l'Église qui existait dès les temps anciens. Il n'y a donc aucune parenthèse, ni remplacement, mais une continuité dans la foi véritable.


Lire aussi


(1) L'appel de Dieu a pour résultat la mise à part de ceux qui professent que Jésus est le messie, le Christ, le Fils de Dieu, le sauveur: c'est ce que signifie "saint", mis à part pour Dieu, de même qu'"Église" signifie "appelé hors de", hors du monde, du fait de la mise à part pour Dieu. Philippiens 2:12 dit "mettez en oeuvre votre salut": du fait que vous êtes appelés, mis à part, faites votre part, répondez à l'appel.

(2) Abraham est par conséquent le précurseur de ceux qui sont "appelés hors de", et c'est pourquoi il est appelé "Père de ceux qui ont foi" (Ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d'Abraham, selon Galates 3.7), donc en quelque sorte Père de l'Église en tant que précurseur.

(3) Les livres d'"Histoire de l'Église" ne sont que des récits sur des événements, des personnages, appartenant à telle ou telle dénomination. Ainsi, l'"Histoire de l'Église" catholique parlera de "Saints", y compris de "Saints" qui ont effectué des croisades, participé à l'Inquisition, etc., l'"Histoire de l'Église" protestante parlera des camisards se battant contre les catholiques, et ainsi de suite pour chaque dénomination. Comme on le voit, dans toutes ces histoires, tous ces personnages sont des "saints", de glorieux assa-saints, d'illustres défenseurs de la vérité humaine pseudo-divine, des héros se croyant serviteurs du Très-Haut tout en servant le très-bas.

(4) Ce qui est étonnant, c'est qu'ekklèsia (appelé hors de) est bien traduit par "Église" dans le NT, sauf lorsque ce même NT cite un verset de l'AT contenant "ekklèsia" (l'AT des premiers chrétiens était écrit en grec: La Septante). Dans ce cas, on traduit "assemblée". Un exemple: "C'est lui qui fut dans l'assemblée au désert, avec l'ange qui lui parlait sur la montagne de Sinaï, et avec nos pères - qui reçut des oracles vivants pour nous les donner" (Actes 7:38). Dans l'original on a ekklèsia. On devrait donc avoir: "C'est lui (Moïse) qui fut dans l'Église au désert, avec l'ange qui lui parlait sur la montagne de Sinaï, et avec nos pères - qui reçut des oracles vivants pour nous les donner". Moïse aussi, était un "appelé hors de" (exode)...


Importance des bibles avec notes

Jean 3:3 : Jésus lui répondit (à Nicodème): En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme n'est (ré-)généré d'en haut, il ne peut voir le Royaume de Dieu.

Nicodème comprend "si un homme ne naît de nouveau...", d'où sa question.

Le mot traduit "naître de nouveau" et "être (ré-)généré d'en haut" a donc ces 2 significations.

Ainsi, Nicodème n'est pas, comme certains pourraient le penser, un candide, mais juste quelqu'un qui, comme la grande majorité des chrétiens, ne creuse pas, mais reste à un niveau psychique dans sa compréhension des choses spirituelles.

Pour éviter cela, la plupart des bibles sérieuses mettent en note les différentes significations d'un terme qui sans cela pourrait prêter à confusion.

D'où l'importance des bibles avec notes.

A bon entendeur...


Ces vérités qui libèrent

Si la Vérité qu'est Christ vous libère, cette Vérité va produire, révéler des vérités qui chasseront les obstacles à l'accès à la pleine foi.


Quelques exemples:


Donne-nous notre pain...

Le terme qui suit est "epiousios", littéralement "supersubstantiel".

Le contexte est clairement spirituel: dans cette prière tout se situe au niveau spirituel, sauf ce verset si on le prend dans son sens littéral. Mais sachant que "ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez" de Mat 6:25 et "l'être humain ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu" de Mat 4:4 et "je suis le pain de vie - celui qui vient à moi n'aura jamais faim" de Jean 6:35, on comprend tout de suite qu'on a affaire au pain du ciel, Parole vivante de Dieu. Cette vérité ne vous libère-t-elle pas ?


Israël versus Église

Selon Galates 3:7, les vrais descendants d'Abraham sont ceux qui ont la foi, et non pas ceux qui sont génétiquement ses descendants. Tous ceux qui ont la foi en Christ sont l'Église, quelle que soit leur origine. De plus, l'Église ne remplace pas Israël: du moment qu'Abraham est le Père de ceux qui ont la foi, il était déjà, en quelque sorte un début d'Église - d'autant plus qu'"église" signifie "appelé hors de" et qu'Abraham a été appelé hors de son pays... L'Église ne peut par conséquent pas remplacer Israël, puisqu'elle était déjà là avant... Cette vérité ne vous libère-t-elle pas ?


Apocalypse = catastrophes

Le terme "apocalypse" signifie "révélation, dévoilement". Dévoilement de ce qui se passe en l'être humain, ce qui permet de comprendre ce qui se passe autour de nous - et surtout en nous. Ce livre répond aux questions essentielles: on n'y trouve pas de connotation apocalyptique dans le sens courant du terme (catastrophisme des temps dits "de la fin"), mais des signes - manifestations dans le visible de ce qui est invisible - du but final réservé par YHWH à chacun selon les choix qu'il aura faits à la croisée des chemins de sa vie. Cette vérité ne vous libère-t-elle pas ?


Adam et Ève

Ils représentent respectivement l'esprit et l'âme de l'être humain. Dieu parle, par Son Esprit, à l'esprit de l'être humain, qui à son tour influence l'âme. L'histoire d'Adam et Ève nous montre pédagogiquement ce qui se passe lorsque c'est l'âme qui prend l'initiative: elle décide de ce qui est bien ou mal, au lieu de remercier Dieu POUR TOUTES choses. Cela nous libère du faux débat entre science et créationnisme et des mauvaises interprétations des 2 arbres du jardin. Cette vérité ne vous libère-t-elle pas ? Lire Le Message de la Bible


Le Royaume

Jésus a été clair à ce sujet:

  • le Royaume n'est PAS de ce monde (Jean 18:36)
  • le Royaume ne vient pas de manière à frapper le regard (Luc 17:20)

Nous AVONS ÉTÉ transférés dans le Royaume (Col 1:13): Il nous A FAITS Royaume (Ap 1:6), et ce Royaume est EN NOUS (Luc 17:21). Cette vérité ne vous libère-t-elle pas ?


La "trinité"

Le mot "persona" était utilisé pour désigner un rôle dans une pièce de théâtre. La trinité nous décrit des "persona" de Dieu, Son intervention dans notre dimension. Avec le temps, nous avons confondu "persona" avec "personne", et cela a donné la "doctrine" actuelle du Dieu en 3 personnes. Nous ne pouvons cependant, dans notre dimension, comprendre des réalités de dimensions supérieures: attendons d'y être pour comprendre - mais ici-bas, dispensons-nous de construire des théories là-dessus, surtout lorsqu'on confond "persona" et "personne"... Cette vérité ne vous libère-t-elle pas ?


Apprendre l'hébreu pour comprendre l'AT

Le texte hébreu actuel a été fixé après J-C par les Massorètes, successeurs des Pharisiens et ennemis du christianisme naissant. Le meilleur témoin du texte originel - celui-ci est perdu - est la Septante, traduite en grec par les Juifs au 3ème siècle avant J-C. Pas besoin par conséquent d'apprendre l'hébreu. Cette vérité ne vous libère-t-elle pas ?


Lire aussi:

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

La vérité libère


Septante: avertissement

Lorsqu'on lit la Septante (LXX), il est important d'avoir le texte grec sous les yeux, car les traductions en français ne reflètent pas toujours le texte grec.

Et même dans les traductions interlinéaires grec/français il y a de mauvaises traductions. Les anglophones sont plus précis.

Un exemple: Eph 4:8 cite le Ps 68:19 (*)

Eph 4:8 a littéralement en grec "Il a fait captive la captivité", ce qui reflète le grec du Ps de la LXX.

Par contre, les traductions françaises de la Septante ont autre chose (Pierre Giguet, Francis Hubert, Théotex).

Les 2 versions en anglais (Brenton et Apostolic) traduisent juste.


(*) La numérotation peut changer dans la LXX:

Hubert et Brenton papier: 67:18

Giguet, ThéoTex et Brenton online: 67:19

Apostolic 68:18



Romains 9:18

[Dieu] fait miséricorde à qui Il veut, et Il endurcit qui Il veut (Rom 9:18)

Une mauvaise interprétation de ce verset peut donner une fausse idée de Dieu qui, rappelons-le, est Amour. Franchement, feriez-vous cela avec vos enfants, ou avec des amis ?

N'est-il pas écrit en 1 Tim 2:4 que Dieu veut que tous les hommes soient sauvés ?


Luc 15:4-6 ne dit-il pas que Dieu est comme un berger, prêt à tout pour sauver même la plus perdue de Ses brebis ? Et surtout, qu'Il finit par la trouver ?

Deut 30:19 ne dit-il pas j'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction - Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité ? S'il y a endurcissement, c'est contre la volonté de Dieu.

Dieu sait ce qu'Il fait: nous voyons dans Exode 3:19 qu'Il SAVAIT que Pharaon endurcirait son coeur. Et ce n'est qu'après que Pharaon a lui-même endurci son coeur à 5 reprises que Dieu l'a définitivement endurci: Pharaon était libre, mais en endurcissant son coeur il a montré à Dieu ce qu'il voulait - Dieu a donc exaucé Pharaon en endurcissant son coeur - c'est ce que Pharaon voulait...!


L'interprétation spirituelle va éclairer encore mieux le sujet qui nous préoccupe ici: en chacun de nous se trouve un tyran et un fidèle à Dieu - chacun est libre, et le tyran (Pharaon), lorsqu'il persiste avec entêtement dans son endurcissement, c'est comme s'il demandait à Dieu d'entériner sa décision.

Dieu veut sauver le meilleur de chacun, en le délivrant de cette part de lui-même qui l'opprime - l'empêche d'avancer librement.

Paul lui-même compare en 1 Cor 10:2 le baptême (immersion) à la traversée de la Mer Rouge par les Hébreux, en même temps que la noyade des armées du pharaon, ce qui signifie que l'individu baptisé (immergé) est noyé à sa vie ancienne pharaonique pour vivre en nouveauté de vie avec les Hébreux (ceux qui ont la foi), traversant la mer et le désert, nourri et abreuvé par le Christ, Sa vie et Ses paroles.


Donc Dieu, effectivement, décide librement et inconditionnellement de sauver la personnalité profonde et précieuse de chaque personne, et pour cela doit travailler avec puissance contre ce qui est endurci en nous.


d'après cet article et cet article

comparer avec cet article


Philémon de Gaza médite l'Evangile de Marc

Vieille de quinze siècles, cette méditation de l'Évangile de Marc par Philémon de Gaza rejoint le lecteur d'aujourd'hui dans sa marche de foi.

Il écrit comme s'il était lui-même avec eux sur les chemins de Galilée ou dans les cours du temple de Jérusalem.

Pour la première fois en français, et probablement pour la première fois publié.

Philémon de Gaza médite l'Evangile de Marc


Ce que Dieu a vraiment dit vous intéresse-t-il vraiment ?


(Kevin Carden)

Quelle traduction pour la Bible ?
Il n'est pas rare d'entendre dire: "la traduction de tel verset de telle version de la Bible me parle plus que telle autre traduction". Or, la véritable question n'est pas de savoir si telle version vous plaît, mais si elle est fidèle au texte originel.


Voici quelques conseils:

Seuls les évangiles vous intéressent ? Nous vous recommandons la traduction de soeur Jeanne d'Arc, la plus fidèle à notre connaissance, tant sur le fond que sur la forme. Les 4 évangiles existent séparément, ou rassemblés en un seul volume.

Version en ligne


Seul le Nouveau testament vous intéresse ?
C'est la version grec/français interlinéaire qu'il vous faut.

Versions en ligne:
L'Evangile
TheoTex
Sainte Bible (anglais)


Seul l'Ancien Testament vous intéresse ?
Lisez la Septante / LXX

Versions en ligne:
TheoTex
Bible Apostolique (anglais)


Vous voulez toute la Bible ?
La meilleure est la NBS (Nouvelle Bible Segond)

Différentes versions
Version en ligne


En résumé:

  • Bible entière: NBS (Nouvelle Bible Segond)
  • NT seul: version grec/français
  • Evangiles seuls: version de soeur Jeanne d'Arc
  • AT seul: Septante


Lire en complément


Porter du fruit ou produire du fruit ?

Le royaume de Dieu est ainsi: comme un homme jetant la semence sur la terre - qu'il dorme ou qu'il veille, nuit et jour, la semence germe et se développe - comment ? il ne sait pas. D'elle-même la terre porte du fruit: d'abord herbe, puis épi, puis blé bien formé dans l'épi - et sitôt que le fruit est mûr, on y met la faucille, car c'est la moisson. (Marc 4:26-29)

Remarquez qu'il est dit que la terre porte du fruit, et non pas qu'elle en produit...

Selon Phil 2:13, n'est-ce pas Dieu qui produit en nous le vouloir et le faire, selon son projet d'amour ?

Tout, Dieu produit tout en nous pour la Vie de Plénitude: rien ne peut provenir de notre nature déchue... et ce qui sort de bon de nous provient de l'Esprit de Dieu...

Vérifiez votre traduction préférée de la Bible (et tirez-en la conclusion qui s'impose): a-t-elle "porte du fruit", ou "produit du fruit" ?

Ayant des yeux, ne voyez-vous pas ? et ayant des oreilles, n'entendez-vous pas ? et n'avez-vous point de mémoire ?
(Marc 8:18)



Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère

Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère
(Exode 23:19 & 34:26, Deutéronome 14:21)

Cette parole de Dieu est importante, dans le sens où il est vital que les êtres de foi comprennent que toute nourriture, même celle dite chrétienne, ne produit pas forcément la Vie éternelle: ce qui nous a nourri peut être ce qui détruira Christ en nous

En quoi le "lait" détruirait-il Christ en nous ? dans la Bible, le lait est l'enseignement que reçoit l'être qui vient de s'ouvrir à la foi:

désirez ardemment, comme des enfants nouveau-nés, le pur lait
(1 Pierre 2:2)

Ce lait que nous avons bu à nos débuts, ne doit pas être celui qui nous guidera tout au long de notre vie: un autre lait, celui du Saint-Esprit, nous guidera

Le danger consiste donc à prendre notre enseignement de base pour une fin en soi, pour un acquis définitif (dogme), à nous enfermer dans des vérités figées (idoles), à rester charnels, alors que la foi est une marche avec Christ, elle est vivante, a pour but de nous mener à la Jérusalem Céleste (*)

Je vous ai donné du lait à boire, non pas de la viande, car vous ne pouviez pas encore [la supporter], et même maintenant encore vous ne le pouvez pas, car vous êtes encore charnels
(1 Corinthiens 3:2)

En effet, celle qui nous nourrit de ce lait, notre mère (**), ne nous donne ce lait que dans le but de nous voir croître, évoluer (***), être métamorphosés en fil(le)s de Dieu, et non pas pour nous voir en rester au lait:

quiconque use de lait est inexpérimenté dans la parole de la justice, car il est un petit enfant
(Hébreux 5:13)

Lors donc de notre purification par le feu (qu'est notre vie de tous les jours sur cette terre), ce n'est pas par le lait pour nourrisson que nous serons menés au but (la viande qui cuit est "nourrie" par le lait), car l'enseignement du lait maternel est non mature, et l'enseignement qui stagne dans ses principes de base non métamorphosés mène aux systèmes religieux, aux sectes, à la perdition

lorsque vous devriez être à votre tour des enseignants, vous avez de nouveau besoin qu'on vous enseigne quels sont les premiers rudiments des paroles de Dieu, et vous êtes devenus tels, que vous avez besoin de lait et non de nourriture solide
(Hébreux 5:12)

Ce qui nous nourrira, c'est la Saint-Esprit, qui nous apprend à lire la Bible, à lire les événements, à lire les coeurs

laissant la parole du principe du Christ, avançons vers l'état d'hommes faits
(Hébreux 6:1)

Il est donc vital de ne pas en rester à des nourritures spirituelles figées, voire même psychiques, qui peuvent conduire à notre mort spirituelle

Ce ne sont pas, en effet, ces nourritures de base qui nous ferons tenir ferme dans les circonstances de la vie, lorsque nous aurons à passer à travers le feu de la purification, mais les nourritures solides, celles des écritures éclairées par le Saint-Esprit

Ce dont on s'est nourrit peut détruire Christ en nous

Ces nourritures figées, prises pour des vérités définitives, qui tuent Christ en nous, ce sont:

  • la loi prise à la lettre, qui tue
  • les principes du salut traduits en dogmes, qui rendent religieux, sectaire
  • la théologie prise comme but en soi, qui devient non christocentrique
  • la foi sans les oeuvres, qui mène au mysticisme ou à l'injustice
  • l'importance donnée aux oeuvres, qui deviennent oeuvres qui sauvent, qui mènent à la religion sans foi
  • l'attachement exagéré à des personnes spirituelles, qui mène à l'idolâtrie
  • l'amour sans discernement, qui mène au sentimentalisme ou à la débauche
  • l'attachement immodéré aux manifestations surnaturelles, qui mène à la superstition et à la magie
  • etc. (****)

Dans la Bible, toutes ces nourritures non métamorphosées produisent les animaux immangeables, les animaux impurs, ceux qui ne ruminent pas (n'assimilent pas la Parole qu'est Christ) et n'ont pas le sabot fendu, donc ne marchent pas avec le Christ de Justice (justice = amour + vérité, les deux parties du sabot fendu): la chaîne alimentaire spirituelle est polluée dès le premier maillon

Christ peut être mangé et bu (Cène)

Or, nous sommes appelés à être comme Christ (les autres doivent avoir accès à Dieu à travers nous)

Mais bien que purs (le chevreau est pur, il rumine et a le sabot fendu), nous risquons gros à continuer à mariner dans le lait maternel, à ne pas vouloir marcher avec Christ vers le but que Dieu nous a assigné avant même le début des temps: nous risquons d'être immangeables, imbuvables


La nourriture de Vie

Soyons donc le chevreau de notre verset, animal pur (il rumine et a le sabot fendu), mais non cuit dans le lait de sa mère, afin qu'à travers nous on puisse se nourrir de Dieu, comme on se nourrit de Dieu en Christ:

  • Soyons UN avec le Verbe qu'est Christ, nourriture qui fait vivre!
  • Nourrissons les autres de la manne: celui qui en a peu en a suffisamment, et celui qui en a beaucoup n'en a pas trop
  • Soyons UN avec le pain qui descend du Ciel
  • Nourrissons-nous du corps et du Sang de Christ (Cène)
  • Prenons le pain super-substantiel du Notre Père
  • Laissons-nous habiter par l'Esprit de Dieu
  • Laissons Christ vivre en nous
  • Soyons UN avec Dieu Lui-même

Étant nourris de Christ, via l'Esprit de Dieu, nous n'en sommes plus au lait maternel, ce n'est pas ce lait qui nous aidera à travers le feu de la purification, mais Dieu Lui-même, et alors nous serons spirituellement comestibles, mangeables, buvables

Le contexte des citations de ce texte

Ce texte est cité 3 fois dans la Bible, et à chaque fois à des endroits clé, en des moments fondamentaux pour la foi:

En Exode 23, il est cité juste avant l'ange qui ouvre le chemin: nous bouchons notre chemin vers la Jérusalem Céleste si nous décidons d'en rester aux rudiments de l'enseignement spirituel chrétien (Héb 5:12)

En Exode 34, il est cité juste avant que Dieu ne demande d'écrire la Bible: la Bible nous guidera jusqu'au but, il est donc important de la comprendre spirituellement, et non pas seulement littéralement

En Deutéronome, il est cité juste après nous avoir dit que nous sommes un peuple saint: nous avons à nous approprier ce que Dieu, en Christ, a acquis pour nous, et non pas à nous contenter d'une médiocre religiosité

Si quelqu'un a des oreilles, qu'il écoute !
(Apocalypse 13:9)


(*) à ce sujet vous lirez avec profit "Le voyage du pèlerin" de Bunyan

(**) notre mère: l'Église, l'Église des sauvés (dont seul Dieu connaît les membres), qui nous transmet l'enseignement de base

Puis vient le Saint-Esprit, qui nous enseigne directement (Jean 6:45)

(***) vous direz peut-être: "Dieu est le même, hier, aujourd'hui, éternellement"

en effet: hier Il était créateur, donc aujourd'hui aussi, et demain encore

s'Il est créateur en tout temps, Il ne cesse de créer, car Il est toujours le même, Il ne change pas, Il sera donc toujours créateur, et par conséquent nous sommes constamment créés par Dieu, de notre engendrement d'en-haut jusqu'à notre mort physique qui est métamorphose vers une vie d'une autre dimension

(****) en plus de ces nourritures spirituelles, il y a les nourritures psychiques, qui peuvent être séduisantes au premier abord:

  • les philosophies axées sur l'homme, qui peuvent devenir nihilistes
  • la culture, qui peut devenir culture de la mort
  • l'admiration, qui peut devenir culte de la personnalité
  • le goût des bonnes choses, qui peur devenir culte du plaisir et de l'argent
  • l'amour de la nature, qui peut devenir culte de la création
  • l'intellectualisme, qui peut devenir rationalisme aveugle (culte de la science qui sauve)
  • etc.


source


Ma Bible c'est...

On entend parfois dire: "Ma Bible c'est la Thompson", "Ma Bible c'est la Segond", "Ma Bible c'est la Scofield", "Ma Bible c'est la TOB", "Ma Bible c'est la MacArthur", "Ma Bible c'est la Martin", "Ma Bible c'est la Jérusalem", "Ma Bible c'est la Semeur", "Ma Bible c'est la Ostervald", "Ma Bible c'est la Lausanne", etc.

En fait, il faut faire la distinction entre le(s) traducteur(s) et le(s) commentateur(s).

Et parmi les traducteurs, il peut y avoir différentes versions. Quand on dit p.ex. "Ma Bible c'est la Segond" (Segond était un traducteur du 19ème siècle), il faut distinguer entre celles du 19ème siècle (1880, 1888), celle du début du 20ème (1910), et les versions "récentes": la Colombe (1978, avec une colombe sur la couverture), la NEG79 (Nouvelle Edition de Genève 1979), la NBS (Nouvelle Bible Segond, 2002) et la Seg21 (Segond du 21ème siècle, 2007).

Segond, Martin et Ostervald sont des traducteurs.

La Lausanne et la Jérusalem (et la NEG79) portent le nom du lieu de leur création.

La Semeur et la TOB (Trad. Oecuménique de la Bible) sont "génériques" et ont leurs propres commentaires.

Thompson, Scofield et MacArthur sont des commentateurs.

La première Scofield avait pour texte biblique une Segond de 1975, l'actuelle a la NEG79.

La Thompson existe pour la Colombe, la NBS et la Seg21.

La MacArthur est publiée avec le texte de la NEG79.

La Seg21 existe donc avec les commentaires de Thompson, mais il existe aussi une version "avec notes de référence", ou encore la version Vie Nouvelle (Tyndale)...

La NBS existe avec ses propres notes, avec celles de Thompson, avec celles de la NIV (Bible en Application) ou encore avec celles d'Antoine Nouis (en volumes séparés).

Ainsi, même dire "Ma Bible c'est la Segond 21" ou "Ma Bible c'est la NBS" n'est pas complet, car il y a plusieurs Seg21 et plusieurs NBS (différents commentaires).

Ou encore, dire "Ma Bible c'est la Thompson" ne dit rien de sa traduction.


A présent, comment choisir ?

La traduction est importante, et la NBS est actuellement, selon nous, la plus fidèle aux textes d'origine, soit dans le texte, soit en note.

Nous vous donnons un "truc" pour bien choisir: prendre 3 versets et regarder comment ils sont traduits et/ou commentés, p.ex. Jean 1:14, Luc 9:31 et Marc 1:12 (*).

Jean 1:14 dit littéralement que le Logos a déployé sa tente (son Tabernacle) parmi nous: est-ce dans la traduction, ou tout au moins en note ?

Luc 9:31 dit que Jésus parlait avec Moïse et Elie de son Exode: est-ce dans le texte ? En note ?

Marc 1:12 dit que l'Esprit l'a "jeté [violemment] dans le désert pour être éprouvé": cette violence est-elle palpable dans la traduction ? Est-ce au moins décrit dans les notes ?


(*) Il y a bien entendu tout ce qui concerne les autres traductions dont nous parlons dans ces articles.



La foi qui entre en possession du Pays

[...] et vos fils, qui aujourd'hui ne connaissent pas ce qui est bon ou mauvais, ce sont eux qui y entreront [dans le bon pays que j'ai juré de donner à vos pères] - c'est à eux que je le donnerai, ce sont eux qui en prendront possession. Quant à vous, repartez pour le désert [...] (Deut 1:39-40 / NBS)

Qui prend possession du pays ? Non pas ceux qui veulent connaître ce qui est bon et mauvais dans les promesses de Dieu (arbre de la connaissance du bien et du mal), mais ceux qui ont la foi et Le croient sur Parole (Arbre de Vie).

Ceux qui veulent connaître ce qui est bon et mauvais dans les promesses de Dieu retournent au désert... ils veulent juger - littéralement trier - le "bon" et le "mauvais": ils se condamnent ainsi eux-mêmes à errer, dériver dans un pays stérile, alors que ceux qui croient Dieu sur parole habiteront le pays où coulent le lait et le miel, car les géants qui l'habitent seront vaincus, et ses grandes murailles s'effondreront.

On retrouve le même comportement concernant le passé, le présent et le futur: "Qu'est-ce qui est bon et mauvais dans ce que Dieu m'a donné, me donne, me donnera ?"... cette mentalité héritée du monde est spirituellement contre nature: la mentalité héritée du ciel, la foi, est l'authentique spiritualité.

Être saint, c'est être consacré au Seigneur - et la vraie foi consiste à Le croire sur Parole, donc à Lui être consacré!

Sachant que le seul qui pouvait nous condamner nous a graciés, cette foi nous emporte loin de l'arbre de la malédiction, celui de la connaissance du bien et du mal, et nous fait vivre du fruit de l'Arbre de Vie!


Éphésiens - Commentaire pratique

Cet ouvrage est un commentaire qui se lit comme un livre de méditation. Il explique de manière accessible le sens du texte en offrant de nombreuses applications pratiques.

Ce livre vous aidera à :

  • puiser des encouragements pour votre vie chrétienne
  • redynamiser vos moments de culte personnel
  • vivre des temps d'échanges constructifs avec d'autres chrétiens ou avec votre groupe de maison
  • creuser l'Écriture afin de pouvoir l'enseigner à d'autres

Nous ne mesurons pas la réussite de ce site à sa popularité, mais à sa fidélité à Dieu. Sachant que seule une personne sur dix recherche vraiment la vérité, moins nous aurons de succès, plus nous serons certains d'être dans la vérité.

Louer pour toutes choses

Si quelqu'un prétendait vous indiquer le chemin le plus court et le plus sûr qui conduit au bonheur et à la perfection, il devrait vous conseiller, comme règle de vie, de remercier et de louer Dieu pour tout ce qui vous arrive. Car il est certain que, quelle que soit l'adversité rencontrée, vous la transformerez en bénédiction si vous louez et remerciez Dieu pour cette épreuve. (William Law)

Je remercie Dieu pour mon infirmité, car c'est au travers d'elle que j'ai trouvé mon Dieu, mon travail et moi-même. (Hélène Keller)

Heureux celui qui se soumet à la volonté de Dieu car le malheur ne l'atteint pas. Les hommes peuvent le traiter à leur guise... il ne s'en soucie pas, il sait que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. (Martin Luther)

Demandez à Dieu la grâce de voir sa main dans chaque épreuve, puis la grâce de vous y soumettre aussitôt. Non seulement de vous soumettre à cette épreuve, mais également de l'accepter et de vous en réjouir... Je pense que, parvenus à ce stade, nous voyons disparaître la plupart de nos ennuis. (Charles H. Spurgeon)

En toutes choses rendez grâces, car telle est la volonté de Dieu dans le christ Jésus à votre égard (1 Thessaloniciens 5:18)
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Ce site ne fait pas d'appels d'argent (*), mais a besoin de vos prières

(*) Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus!
(2 Thess 3:10)

Articles les plus consultés