Rechercher dans ce blog

Genèse 37

Je ne connais pas de type de Christ plus beau et plus parfait que Joseph, soit que nous le considérions comme l'objet de l'amour du père, ou de l'envie "des siens" - dans son humiliation, ses souffrances et sa mort, son exaltation ou sa gloire.

Le chapitre 37 nous fait connaître les songes de Joseph, qui excitent la haine de ses frères. Joseph était l'objet de l'amour du père - il était appelé à une destinée glorieuse, et parce que le coeur de ses frères n'était pas en communion avec celui du père et était étranger à tout ce qui attendait Joseph, ils le haïssaient. Ils ne partageaient pas l'amour du père pour Joseph et ne voulaient pas se soumettre à la pensée de son élévation. En cela, les frères de Joseph sont une figure des Juifs aux jours de Christ. "Il vint chez soi, et les siens ne l'ont pas reçu" (Jean 1:11). "Il n'a ni forme, ni éclat - quand nous le voyons, il n'y a point d'apparence en lui" (Ésaïe 53:2). Ils ne voulurent le reconnaître ni comme Fils de Dieu, ni comme Roi d'Israël. Leurs yeux n'étaient pas ouverts pour contempler "sa gloire, une gloire comme d'un fils unique de la part du Père, pleine de grâce et de vérité" (Jean 1:14 - comp. 12:37 et suivants). Ils n'ont pas voulu de lui - bien plus, ils l'ont haï! Or, bien que Joseph ne soit pas reçu par ses frères, il demeure ferme dans son témoignage. "Et Joseph songea un songe, et le raconta à ses frères, et ils le haïrent encore davantage... Et il songea encore un autre songe, et le raconta à ses frères". Joseph ne faisait que rendre un simple témoignage fondé sur une révélation divine, mais ce témoignage devait faire descendre Joseph dans la fosse. S'il se fût tu, ou s'il eût laissé s'émousser le tranchant et la puissance de son témoignage, il eût sans doute été épargné - mais non, il dit à ses frères toute la vérité, et c'est pour cela qu'ils le haïrent!

Il en fut de même du grand antitype de Joseph. Christ rendit témoignage à la vérité (Jean 18:37) - il fit "la belle confession" (1 Tim. 6:13) - il ne cacha rien de la vérité - il ne pouvait dire que la vérité, parce qu'il était la vérité - et l'homme répondit à son témoignage par la croix, le vinaigre et la lance du soldat. Le témoignage de Christ était lié à la grâce la plus pleine, la plus riche, la plus parfaite. Il vint non seulement comme "la vérité", mais aussi comme l'expression parfaite de tout l'amour du coeur du Père - "La grâce et la vérité vinrent par Jésus Christ" (Jean 1:17). Il était la révélation parfaite à l'homme de ce que Dieu est! - c'est pourquoi l'homme est sans excuse (comp. 15:22-25). Il vint montrer Dieu à l'homme - et l'homme haït Dieu d'une parfaite haine. Nous voyons cela à la croix - mais la fosse dans laquelle Joseph fut jeté par ses frères nous en fournit déjà une figure touchante.

"Et ils le virent de loin - et avant qu'il fût proche d'eux, ils complotèrent contre lui pour le faire mourir. Et ils se dirent l'un à l'autre: Le voici, il vient, ce maître songeur! Et maintenant, venez, tuons-le, et jetons-le dans une des citernes, et nous dirons: Une mauvaise bête l'a dévoré - et nous verrons ce que deviendront ses songes" (chap. 37:18-20). Ces paroles nous rappellent d'une manière saisissante la parabole des cultivateurs du chapitre 21 de l'évangile selon Matthieu: "Enfin, il envoya auprès d'eux son fils, disant: ils auront du respect pour mon fils. Mais les cultivateurs, voyant le fils, dirent entre eux: Celui-ci est l'héritier - venez, tuons-le, et possédons son héritage. Et l'ayant pris, ils le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent". Dieu envoya son Fils dans le monde, disant: "Ils auront du respect pour mon Fils" - mais, hélas! le coeur de l'homme n'eut aucun respect pour le "bien-aimé" du Père. Ils le jetèrent dehors! La terre et le ciel étaient et sont encore divisés à cause de Christ: l'homme l'a crucifié, mais Dieu l'a ressuscité des morts - l'homme le mit sur une croix entre deux brigands, Dieu l'a placé à sa droite dans les cieux - l'homme le mit à la dernière place sur la terre, Dieu lui a donné la place la plus élevée dans les cieux et l'a revêtu de la plus éclatante majesté.

Tout ceci se retrouve dans l'histoire de Joseph. "Joseph est une branche qui porte du fruit, une branche qui porte du fruit près d'une fontaine - ses rameaux poussent par-dessus la muraille. Les archers l'ont provoqué amèrement, et ont tiré contre lui, et l'ont haï - mais son arc est demeuré ferme, et les bras de ses mains sont souples par les mains du Puissant de Jacob. De là est le berger, la pierre d'Israël: du Dieu de ton père, et il t'aidera - et du Tout-Puissant, et il te bénira des bénédictions des cieux en haut, des bénédictions de l'abîme qui est en bas, des bénédictions des mamelles et de la matrice. Les bénédictions de ton père surpassent les bénédictions de mes ancêtres jusqu'au bout des collines éternelles - elles seront sur la tête de Joseph, et sur le sommet de la tête de celui qui a été mis à part de ses frères" (Gen. 49:22-26).

Ces versets dépeignent d'une manière admirable "les souffrances qui devaient être la part de Christ, et les gloires qui suivraient" (1 Pierre 1:11). "Les archers" ont fait leur oeuvre, mais Dieu a été plus fort qu'eux. On a tiré contre le vrai Joseph et il a été grièvement blessé dans la maison de ses amis, mais "les bras de ses mains sont souples" dans la puissance de la résurrection, et maintenant la foi le connaît comme le fondement sur lequel reposent tous les desseins de Dieu en bénédiction et en gloire à l'égard de l'Église, d'Israël et de la création tout entière. Si nous considérons Joseph dans la fosse et dans la prison, puis ensuite comme gouverneur de toute l'Égypte, nous verrons la différence qui existe entre les pensées de Dieu et celles des hommes - il en est de même quand nous regardons la "croix", et puis "le trône de la majesté dans les cieux".

C'est la venue de Christ qui a mis à nu la disposition réelle du coeur de l'homme envers Dieu. "Si je n'étais pas venu, et que je ne leur eusse pas parlé, ils n'auraient pas eu de péché" (Jean 15:22). Ce n'est pas à dire que les hommes n'eussent pas été pécheurs, mais: "ils n'auraient pas eu de péché". Il est dit encore, dans un autre passage: "Si vous étiez aveugles, vous n'auriez pas de péché" (Jean 9:41). Dieu, dans la personne de son Fils, est venu tout près de l'homme, en sorte que l'homme a pu dire: "C'est ici l'héritier" - mais il a ajouté: "Venez, tuons-le!" C'est pourquoi "ils n'ont pas de prétexte pour leur péché" (Jean 15:22). Ceux qui disent qu'ils voient, n'ont point d'excuse. Ce n'est pas qu'on soit aveugle, qui fait la difficulté, si on confesse qu'on est aveugle - mais c'est de professer qu'on voit: et dans un siècle de profession comme celui-ci, ce principe est doublement sérieux. Les yeux de celui qui sait qu'il est aveugle peuvent être ouverts - mais que peut-on faire pour celui qui croit qu'il voit, quand de fait il ne voit pas ?

Source


Quelles lectures pour cette nouvelle année ?

Les psaumes de Jésus
Les Psaumes sont un livre apprécié de beaucoup, dans la Bible. Croyants et non-croyants sont souvent interpellés par l'honnêteté de leurs auteurs, les luttes personnelles et les doutes dont ces textes se font l'écho et l'espoir dont ils sont également porteurs. La relation avec Dieu y apparaît comme pouvant - et devant - être dénuée d'hypocrisie, vivante, authentique. Jésus lui-même y a fait de nombreuses allusions. Saviez-vous que les Psaumes, eux aussi, parlent de Jésus ? Plongez-vous dans ce magnifique livre à l'aide d'une méditation pour chaque jour de l'année, et engagez-vous à votre tour dans un dialogue sincère avec le Créateur.

Les psaumes de Jésus


Sagesse de Dieu pour la vie
Une relation vivante, vitale avec Dieu est le prérequis absolu de la sagesse. Connaître le bonheur: telle est la préoccupation de la majorité des gens aujourd'hui. Au fait, en quoi consiste-t-il ? Ne dépend-il pas d'une forme de sagesse ? Et de laquelle ? Les Proverbes sont le principal livre de sagesse de la Bible. C'est là, sans négliger d'autres textes, que les auteurs puisent des versets à méditer tout au long de l'année, regroupés par thème. Nous sommes ainsi amenés à réfléchir à notre manière de vivre et de penser, à nous questionner à ce sujet et à dialoguer avec Dieu à l'aide de la prière proposée.

Sagesse de Dieu pour la vie


Votre grille de lecture est-elle conforme à l'Esprit ?

Il est bien connu, dans les milieux qui étudient les motivations profondes, que la plupart du temps nous adaptons notre grille de lecture - de textes, d'événements, de comportements, etc. - à ce que nous nous attendons à y découvrir.

Longtemps p.ex., les "spécialistes" ont "lu" les comportements d'autres peuples, d'autres époques, d'autres espèces, etc., conformément à ce qu'ils s'attendaient à y trouver. On a p.ex. longtemps cru que seuls les hommes chassaient à l'époque préhistorique, ce qui a été démenti: les femmes étaient également chasseresses. On a aussi longtemps cru que les animaux n'avaient pas d'intelligence, de coutumes, d'humour, de conscience, de langage évolué (voire de dialectes), etc.: chaque année amène son lot de découvertes étonnantes.

Encore faut-il être ouvert d'esprit, être à l'écoute de ce qui ne colle pas avec nos préjugés, être prêt à se remettre en question.

Il en est de même avec les textes bibliques: beaucoup n'y voient que ce qu'ils veulent bien y voir, y découvrent ce qu'ils s'attendent à y découvrir - et manquent ainsi toute une palette de vérités spirituelles qui leur seraient bien utiles pour leur vie - à tous les niveaux - de tous les jours.

Un exemple parmi d'autres: la lecture des Écritures dans leur sens immédiat, premier, est très réductrice de ce qu'elles peuvent nous apporter (n'oublions pas que c'est l'Esprit qui a inspiré les Écritures - c'est donc Lui qui doit nous les interpréter, et non pas une lecture littérale...). Paul ne dit-il pas que c'est spirituellement qu'on comprend les Écritures ?


Les questions que vous pouvez vous poser:

Suis-je libre ?

Suis-je prêt à me laisser remettre en question ?


Luc 11:5-8

Si l'un de vous a un ami, et qu'il aille le trouver au milieu de la nuit pour lui dire: "Ami, prête-moi trois pains, car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n'ai rien à lui offrir", et si, de l'intérieur de sa maison, cet ami lui répond: "Ne m'importune pas, la porte est déjà fermée, mes enfants et moi sommes au lit, je ne puis me lever pour te donner des pains", je vous le dis, même s'il ne se levait pas pour les lui donner parce que c'est son ami, il se lèverait à cause de son importunité et lui donnerait tout ce dont il a besoin (LSG).

Le dernier verset (le 8) est traduit ainsi dans la Bible du Semeur 2015: je vous assure que, même s'il ne se lève pas pour lui donner ces pains par amitié pour lui, il se lèvera pour ne pas manquer à l'honneur, et il lui donnera tout ce dont il a besoin.

Voici en substance comment l'Encyclopédie des difficultés bibliques (Evangiles et Actes) explique le remplacement de "il se lèverait à cause de son importunité" par "il se lèvera pour ne pas manquer à l'honneur":

Il y a à la fois un contresens dans la traduction du mot-clé, et il est attribué à la mauvaise personne...

1. Le mot traduit traditionnellement par "importunité" ou un équivalent, dans le contexte des coutumes du Moyen-Orient, gagne à être interprété comme une question d'honneur.

2. Il a été démontré que c'est le dormeur réveillé qui est le sujet de toutes les actions de ce verset, d'où ce "manquer à l'honneur", celui de l'ami sollicité, plutôt que "son importunité", celle du solliciteur.

L'explication complète prend 2 pages de 2 colonnes chacune, en petits caractères. Pour ceux que cela intéresse, consultez l'Encyclopédie des difficultés bibliques (Evangiles et Actes).


Ainsi, ce n'est pas parce qu'on insiste, qu'on "lui casse les pieds", que Dieu répond à nos prières. Sa grâce, voilà la raison de Sa réponse à nos prières. Il est glorieux, Son honneur est parfaitement mis en évidence lorsqu'Il répond à ceux qu'Il aime.

Si vous lisez les versets qui précèdent ce passage, ainsi que ceux qui le suivent, vous constaterez que cette traduction (donc explication) tient bien mieux la route dans ce contexte, que celle traditionnellement mise en avant.


Matthieu 10:29

Littéralement: Deux moineaux ne se vendent-ils pas pour un sou ? et pas un d'eux ne tombera sur la terre sans votre Père.

Remarquez le "sans votre Père", qui a été traduit de différentes façons:

  • indépendamment de votre Père,
    soit: à l'insu de votre Père / sans que votre Père le sache
    ou: sans l'accord/la permission/Le consentement de votre Père
       
  • sans la volonté de votre Père


Mais ne pourrait-on pas tout aussi bien traduire: sans que votre Père soit à ses côtés ?


A méditer, après avoir écouté ce message


Les prétendus problèmes des textes bibliques

Foi versus Oeuvres

On dit que Paul enseigne le salut par la foi, et Jacques le salut par les oeuvres.

Or, Paul ne manque pas de dire que la foi produit des oeuvres, ce que Jacques dit aussi, mais sous un autre angle: la foi sans les oeuvres est morte.

Il n'y a pas d'opposition entre ces deux visions: elles sont identiques - la foi sauve, mais la preuve que cette foi est authentique, ce sont les oeuvres qu'elle produit.


La violence dans la Bible

On dit que l'Ancien Testament est rempli de violence.

C'est oublier que l'AT a été écrit pour notre instruction, et que c'est spirituellement qu'on le comprend.

Nous avons à nous faire violence, à combattre l'ennemi qui essaie de conquérir des territoires dans notre monde intérieur.

Notre lutte est contre tout ce qui essaie de conquérir notre territoire intérieur: la Royaume est pour ceux qui savent se faire violence.

Lire l'AT ainsi, c'est le lire comme l'ont toujours lu les chrétiens authentiques.


Manque de cohérence par rapport aux pasteurs

Une règle dit qu'on ne peut faire une règle (de foi, de conduite, etc.) avec un principe présent dans un seul verset. P.ex. le baptême pour les morts, pratiqué par les Mormons, est non-biblique car présent en un seul verset (et qui plus est, mal compris).

Or, on nomme des pasteurs à la tête des assemblées, alors que le terme "pasteur" n'apparaît qu'une seule fois qualifiant un être humain qui n'est pas Jésus, et de plus en 4ème position, derrière d'autres fonctions.

Le système des pasteurs est un héritage du catholicisme: la Réforme n'est pas terminée...

On n'a pas à proprement parler affaire ici à un problème biblique, mais à la cohérence des chrétiens: soit on dit "nous sommes bibliques" et on ne nomme pas de pasteurs selon la tradition actuelle, soit on le fait mais on dit alors "nous savons que ce n'est pas biblique, mais pour telle raison nous le faisons quand même". Cohérence...

(Lire en complément cet article)


Voir aussi Pseudo-problèmes


Qu'ont fait de mal Ananias & Saphira ?

L'Histoire (Actes 5)

Un homme, Ananias, vend une propriété, en accord avec sa femme, Saphira. Puis, de connivence avec elle, il en retient une partie du prix, et apporte le reste pour le déposer aux pieds des envoyés (apôtres). Pierre dit alors: "Ananias, pourquoi as-tu laissé Satan remplir ton coeur ? Tu as menti à l'Esprit saint, et tu as retenu une partie du prix du terrain: n'étais-tu pas libre de le garder - sans le vendre - ou, une fois vendu, de disposer du prix à ton gré ? Comment un tel projet a-t-il pu se concrétiser dans ton coeur ? Ce n'est pas aux hommes que tu as menti, mais à Dieu". Quand il entend ces mots, Ananias expire - une grande crainte saisit alors tous ceux qui l'apprennent. Les jeunes gens viennent pour ensevelir le corps - l'emportent pour l'enterrer. Environ trois heures plus tard, sa femme entre - sans savoir ce qui est arrivé. Pierre: "Dis-moi, c'est bien tel prix que vous avez vendu le terrain ?" "Oui, c'est bien ce prix-là!", dit-elle. Pierre reprend alors: "Comment avez-vous pu vous mettre d'accord pour provoquer l'Esprit du Seigneur ? Voici: les pas de ceux qui viennent d'enterrer ton mari sont à la porte - ils vont t'emporter, toi aussi". Aussitôt, elle tombe aux pieds de Pierre, et expire. Quand les jeunes gens rentrent, ils la trouvent, morte, et l'emportent à son tour pour l'enterrer auprès de son mari. Une grande crainte saisit alors toute l'Église, ainsi que tous ceux qui apprennent ce qui s'est passé.


Tous deux ont menti à l'Esprit saint

Le couple était libre de vendre ou pas...

... avec l'argent ainsi gagné, il pouvait dire: "on vous en donne une partie"

... mais tous deux ont faussement affirmé donner le total de la somme.


Quelle est l'explication atemporelle et universelle à ce passage d'Actes 5 ?

Comme déjà dit à plusieurs reprises, dans la Bible l'homme représente l'esprit humain, et la femme l'âme humaine. La Bible affirme que pour vivre selon les standards de Vie (avec Majuscule), l'âme humaine a tout intérêt à se soumettre à l'esprit humain - lui-même soumis à l'Esprit de Dieu.


Que se passe-t-il en Actes 5 ?

Comme avec Adam et Ève, il y a complicité pour décider de sortir de la communion avec Dieu, afin de faire ce qui nous plaît, tout en croyant / prétendant rester dans la volonté de Dieu. L'esprit humain n'est plus soumis à l'Esprit, et il y a confusion des genres entre l'âme et l'esprit. On se croit sauvé, mais on ne renonce pas à notre vieil homme - donc on ment à l'Esprit saint - et ainsi nous nous opposons aux réalités spirituelles de Dieu - ce qui mène à la mort spirituelle. Plutôt que de nous aligner sur ce pour quoi nous sommes créés, nous nous rebellons...


Conséquence

Nous sortons de la zone de protection de Dieu, qui est Vie, et entrons dans la zone de perdition de l'ennemi, qui est Mort. L'esprit humain (l'homme Ananias) est le premier touché: c'est lui qui est responsable de l'âme (la femme Saphira), mais il ne l'a pas mise sur les bons rails. L'âme suivra donc son sort, car sans esprit, elle ne peut vivre.


Conclusion

C'est l'Esprit qui vivifie, qui fait vivre, qui apporte la Vie.

Lui résister, lui mentir, le tromper, c'est appeler la mort.



Jean 2:4

Jésus lui dit:

Qu'y a-t-il entre moi et toi, femme ?

Mon heure n'est pas encore venue


Y a-t-il contradiction entre ce verset et les suivants, où il change l'eau en vin ?


Explications de la Bible Annotée

Quand Jésus dit "mon heure", il désigne toujours le moment déterminé par la volonté de Dieu où doit s'accomplir quelque grand événement de sa vie, en particulier l'heure de sa manifestation comme Messie, qui, il le sait, sera suivie de l'heure de sa mort (Jean 7:30 / Jean 8:20 / Jean 12:27 / Jean 13:1).

Jésus fait comprendre à Marie qu'il serait prématuré d'accomplir des miracles qui feraient croire à l'inauguration des temps messianiques. Ces paroles renferment donc une instruction donnée à Marie, plutôt qu'un refus de sa demande: il n'y a pas contradiction entre elles et l'action qu'il accomplit aussitôt après.


Verset 5

Sa mère dit aux serviteurs: Tout ce qu'il vous dira, faites-le

Marie accepte humblement la répréhension, elle s'efface - mais, certaine que son fils, s'il n'a pas voulu se prêter à la manifestation éclatante qu'elle lui suggérait, trouvera cependant quelque moyen plus modeste de tirer ses amis d'embarras, elle ordonne aux serviteurs de faire tout ce qu'il leur dira.


La Bonne Nouvelle

L'évangile de Jésus-Christ

"Une bonne compréhension de la personne de Jésus-Christ est essentielle pour saisir beaucoup d'autres vérités vitales, particulièrement celles qui concernent l'Évangile et le salut. La Bonne Nouvelle n'existe pas sans Christ."

Tout ce que la Bible a à dire sur l'Évangile se trouve dans la révélation de son message central: Jésus-Christ a vécu et est mort pour sauver les pécheurs. L'Évangile est à propos de lui - il répond à la question clé de Jésus: "Qui dites-vous que je suis ?" Il s'agit véritablement d'une bonne nouvelle.

Dans La Bonne Nouvelle, John MacArthur examine ce que la Bible nous révèle au sujet de Jésus-Christ et encourage les chrétiens à considérer la portée de tout ce qu'il a accompli pour eux. C'est un livre qui ravivera votre amour et vous remplira d'admiration pour notre Sauveur.

La Bonne Nouvelle


1 Tim 2:15

Elle (la femme) sera sauvée par l'enfantement, si elles/ils demeurent dans la foi et l’amour et la sainteté, avec maîtrise de soi.

Sauvée: le salut ne désigne pas toujours le salut éternel. Comme dans certaines langues actuelles (l'italien p.ex.) ce mot peut aussi désigner la santé, le fait de rester sain, d'être préservé.

Et comme dit dans d'autres de nos études, dans la Bible la femme représente l'âme. Le verset précédent cite Adam (esprit) et Ève (âme): l'âme est notre point faible, qui peut influencer notre esprit.

Remarquez encore que le sujet de la seconde partie du verset est au pluriel, et pas forcément au féminin.

On peut donc lire: l'âme restera saine en produisant la vie comme fruit, si ses composantes (volonté, sentiments, pensées) demeurent dans la foi, l’amour, la sainteté, avec la maîtrise de soi (sans excès)

Sans excès: l'excès est un symptôme de vouloir le salut par les oeuvres.

Les critères pour savoir si nous sommes spirituellement sains sont donc:

  • Notre volonté est-elle conforme à la foi ?
  • Nos sentiments sont-ils conformes à l'amour ?
  • Nos pensées sont-elles conformes à la sainteté ?


Colossiens 1:24

Je me réjouis à présent dans mes souffrances pour vous
et j'achève de souffrir en ma chair le reste des afflictions de Christ pour son corps, qui est l'Église

Contrairement à certaines traductions ou certains commentaires, il n'y a aucun manque dans l'oeuvre du Christ pour son Église. La souffrance ne sauve pas. Il y a là plutôt un témoignage de traversée d'une épreuve: dans ses souffrances, Paul vit une communion particulière avec les épreuves du Christ.

Il y a des manques dans l'Église, et par son exemple Paul montre ce que le Christ a souffert. Sa persévérance et sa fidélité sont un encouragement: au lieu de se lamenter, il se réjouit du bien commun qui peut sortir de ses épreuves.

Vous lirez avec profit le commentaire complet de ce verset dans ce livre


Laquelle choisissez-vous ?

Choisissez-vous l'approche terrestre T de l'interprétation des Écritures, ou l'approche spirituelle S ?


4 exemples:


T: Heureux les pauvres en esprit , car le Royaume des Cieux est à eux!

>>> pauvres en esprit: ceux qui croient tout ce que vous leur racontez ?

S: Heureux les mendiants d'Esprit, car le Royaume des Cieux est à eux, dit Jésus

>>> mendiants d'Esprit: ceux qui recherchent avant tout l'Esprit, la volonté de Dieu, la vérité


T: Tout est vanité et poursuite du vent!

>>> sans commentaire

S: Tout est nuée et quête d'Esprit, dit l'Ecclésiaste

>>> tout n'est pas que matière, il y a l'esprit (nuée), pour lequel nous avons à rechercher l'Esprit


T: Donne-nous notre pain de ce jour!

>>> Jésus n'a-t-il pas dit de ne pas nous occuper de ce que nous mangerons ?

S: Donne-nous notre pain super-substantiel, dit Jésus

>>> c'est le pain du ciel, la manne spirituelle, notre nourriture spirituelle


T: Je ne manquerai de rien!

>>> ce n'est pas faux, mais cela a tendance à rester terrestre

S: Rien ne me manque, dit le psalmiste

>>> quand on a Dieu dans sa vie, rien d'autre ne nous manque


C'est spirituellement qu'on comprend la Bible

Kevin Carden

Les difficultés rencontrées dans la compréhension de la Bible tombent toutes si on aborde ces textes spirituellement.

La Bible est simple, faite pour quiconque cherche la vérité, y compris les non-intellectuels.

C'est pourquoi l'interprétation spirituelle est incontournable, car elle aplanit toutes les difficultés que les intellectuels y voient (et qu'ils mettent des milliers de pages à expliquer...).

Dans Comprendre l'AT dans un sens spirituel nous avons montré comment les auteurs du NT interprétaient spirituellement l'AT.

Dans Jour 1 nous avons également l'Ancien Testament sous l'éclairage du Nouveau.

Le Livre de l'Apocalypse, interprété spirituellement, ne crée aucun problème. Ceux qui en parlent comme d'un livre difficile n'ont semble-t-il pas recours à l'Esprit saint pour en recevoir Ses lumières.

Citons encore cet article, qui parcourt rapidement la Bible pour démontrer que l'approche spirituelle est la seule à même de rassembler les différents livres de la Bible dans un même Esprit.


La transfiguration



A la transfiguration, les vêtements du Christ deviennent lumière éclatante comme d'un éclair.

Dans la nuée, Moïse et Élie parlent avec Lui.


Le monde ancien, du vieil homme, de la loi, arrive à son terme.

L'ancienne alliance et la nouvelle se rejoignent, comme la justice et l'amour s'uniront sur une autre colline, à la croix.


L'Homme (hommes et femmes) a été mis au défi de vivre de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, choisi par lui en lieu et place de l'Arbre de Vie.

Ce fut un échec sans appel: de la montagne de la Loi, on passe alors à celle de la grâce.


La Loi (Moïse) et les Prophètes (Elie) font place, lors de la Transfiguration, au Christ.

Ils étaient la graine - la loi - contenant le code qui, de la lettre, est transfiguré en Esprit.


Christ en toi fera mourir le vieil homme pour laisser la place à l'Homme Nouveau.

Métamorphose, naissance d'en haut.


La nuée, limite entre le visible et l'invisible, le matériel et le spirituel, montre que le ciel est une dimension non pas au-dessus de la nôtre, mais à côté, dans l'invisible, en l’Esprit, qui nous conduit dans notre désert.

Tout est nuée et quête d'Esprit, dit l'Ecclésiaste: lieu de rencontre, signe de la présence spirituelle, limite entre vu et non vu, comme dans le Lieu Très Saint, où on rencontre Dieu.


On ne peut cependant rester sur la montagne de la transfiguration: une fois vivifiés, nous retournons à notre terre nourrie de Christ pour y faire fructifier la semence céleste au moyen de l'eau de la Parole et de la Lumière du Soleil de Justice.

Mais l'Esprit en nous continue d'être lumière éclatante comme d'un éclair...


Heureux les mendiants d'Esprit, car le Royaume des Cieux est à eux!


Mat 20:1-16 La grâce imméritée

Lorsque la manne tomba du ciel, ceux qui en avaient peu en avaient assez, et ceux qui en avaient beaucoup n'en avaient pas trop - chacun selon ses besoins, mais aussi selon ses mérites, car il fallait plus de travail pour en recueillir plus (Exode 16:17-18).

La grâce, quant à elle, donne à chacun ce dont il a besoin pour subsister, quels que soient ses mérites. La parabole de Mat 20:1-16 est là pour nous le rappeler: ici, chacun reçoit suffisamment pour vivre - certains auront trop par rapport à leur travail, mais aucun n'aura pas assez - la grâce va au-delà du principe de la manne.

Concernant les biens terrestres, selon 2 Cor 8:13-15, ceux qui ont trop donneront à ceux qui n'ont pas assez. En ce qui concerne les biens célestes dont il est question dans notre parabole, il n'y a pas de "pas assez" - et peu importe quand nous entrons dans le Royaume: pour Dieu, ce qui compte, c'est l'ici et maintenant qu'est Son éternité/plénitude. La grâce pourvoit pour chacun.

"Ne m'est-il pas permis de faire ce que je veux de mes biens ?" (v. 15a): la grâce est imméritée, Dieu la distribue comme Il le veut, et peu importent nos raisonnements: Il fait lever Son soleil sur les méchants et sur les bons, et Il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes (Mat 5:45).

"Ou bien verrais-tu d'un mauvais oeil que je sois bon ?" (v. 15b): de quel droit nous mettons-nous à la place de Dieu ? N'est-Il pas souverain ? N'est-Il pas Amour ? Ne sait-Il pas ce qu'Il fait ? Alors, qu'importent nos mérites... la grâce est de toute manière imméritée. Devant l'amour infini de Dieu, le plus grand amour terrestre ne vaut pas mieux que le plus petit amour terrestre.

De même, le plus grand sous le régime de la Loi, Jean le baptiseur / immergeur, était le plus petit sous le régime de la grâce (Luc 7:28): "C'est ainsi que les derniers seront premiers et les premiers derniers" (v. 16). 


Lire aussi

Le scandale de la grâce

Loi ou grâce ?


Nous ne mesurons pas la réussite de ce site à sa popularité, mais à sa fidélité à Dieu. Sachant que seule une personne sur dix recherche vraiment la vérité, moins nous aurons de succès, plus nous serons certains d'être dans la vérité.

Louer pour toutes choses

Si quelqu'un prétendait vous indiquer le chemin le plus court et le plus sûr qui conduit au bonheur et à la perfection, il devrait vous conseiller, comme règle de vie, de remercier et de louer Dieu pour tout ce qui vous arrive. Car il est certain que, quelle que soit l'adversité rencontrée, vous la transformerez en bénédiction si vous louez et remerciez Dieu pour cette épreuve. (William Law)

Je remercie Dieu pour mon infirmité, car c'est au travers d'elle que j'ai trouvé mon Dieu, mon travail et moi-même. (Hélène Keller)

Heureux celui qui se soumet à la volonté de Dieu car le malheur ne l'atteint pas. Les hommes peuvent le traiter à leur guise... il ne s'en soucie pas, il sait que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. (Martin Luther)

Demandez à Dieu la grâce de voir sa main dans chaque épreuve, puis la grâce de vous y soumettre aussitôt. Non seulement de vous soumettre à cette épreuve, mais également de l'accepter et de vous en réjouir... Je pense que, parvenus à ce stade, nous voyons disparaître la plupart de nos ennuis. (Charles H. Spurgeon)

En toutes choses rendez grâces, car telle est la volonté de Dieu dans le christ Jésus à votre égard (1 Thessaloniciens 5:18)
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Ce site ne fait pas d'appels d'argent (*), mais a besoin de vos prières

(*) Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus!
(2 Thess 3:10)