Rechercher dans ce blog

Nous ne mesurons pas la réussite de ce site à sa popularité, mais à sa fidélité à Dieu

Matthieu 24


Le jugement céleste

De même que le passage de 2 Thess 2,
le Livre de l'Apocalypse,
et bien d'autres textes de la Bible,
l'interprétation de ce passage révèle les motifs profonds de son lecteur :
cherche-t-il La Vérité, quelle qu'elle soit,
ou se crée-t-il sa propre interprétation,
celle qui lui convient ?

Est-on prêt à se remettre en question,
à accepter ce que Le Seigneur a à nous dire ?


L'expression charnière de ce texte est le reproche de Jésus au v.2 :

 ne voyez-vous pas tout cela
avec les yeux de l'esprit ?



V1
Mardi saint : Jésus quitte le Temple et n'y reviendra plus (cf. Ez.11:23 où la Gloire quitte le peuple religieux pour toujours) : le peuple de Dieu devient l'Église, comprenant aussi bien des gens sortis des nations (monde) que des gens sortis du judaïsme (monde religieux). Il n'y a plus ni Juif ni Grec... Chacun peut être le Temple de Dieu!

V2, 4, 6
Jésus met en garde : ayez l'oeil (= "veillez" du v.6), le discernement spirituel (v.4 : "prenez garde" = voyez avec les yeux de l'esprit) : que personne ne vous fasse errer (v.4). Si vous ne voyez que des cailloux, vous êtes de ce monde. Soyez du monde d'En Haut, voyez avec l'oeil de Dieu, et alors on ne pourra pas vous faire errer!

V2
Puisque le Temple a rejeté le fils de Dieu, c'en est fini de l'Ancienne Alliance (qui est une structure figée); Jésus nous taille (pierres vivantes) pour constituer un édifice vivant (cf. v.1 ci-dessus).

Pierre sur pierre : tout le système est démantelé; il ne reste rien et il n'y aura jamais plus rien de "religieux" : à présent, c'est selon l'ordre de Melchisédech (cf. Héb.5, 6, 7), selon l'Esprit.

V3
Jésus est assis sur le Mont des Oliviers (l'olive produit l'huile : le Seigneur est là où est l'Esprit) : la Gloire (cf. v.1 ci-dessus) est revenue aux rameaux, et ceux qui l'ont reçue disent : "béni est... !" (21:9).

Ils vinrent en particulier : le Seigneur a sa manière à lui de nous faire venir à lui. Bien que différents, nous nous retrouvons au même endroit - sur le même terrain, celui de la foi.

Venue : présence : Etienne, p.ex., a vu la manifestation de Sa présence (Ac.7:56). La présence du Seigneur en nous aura pour conséquence de grands chamboulements (la metanoia) dans notre terre intérieure.

Fin du monde: accomplissement (but) des temps. La présence de l'Esprit de Dieu dans chaque parcelle de notre être constitue l'accomplissement du temps, l'entrée dans le Royaume intemporel, dans l'éternel présent de Dieu, Sa Présence d'Amour et de Vérité, ici et maintenant.

V4-5
Beaucoup de "pseudo-" s'élèveront, et feront errer.
Sur mon nom ils diront : "je suis l'oint" du Saint Esprit; discernons leur enseignement, voyons s'ils se substituent à Dieu.

V6
Vous êtes sur le point d'entendre (=comprendre) qu'il y aura des guerres (spirituelles). Nous devons faire la guerre aux autorités célestes qui veulent s'emparer de notre âme. Il y a chaque jour combat en nous. Si on ne voit pas cette guerre, c'est qu'on ne la vit pas. Il faut se battre pour la justice de Dieu en nous avec les armes d'Eph.6.

Ayez l'oeil, afin de ne pas être effrayés : regardez à Jésus. Il faut être maintenu dans l'Esprit, car il faut que cela soit fait, mais ce n'est pas encore le but.

V7
nation contre Nation (sainte); royaume (de Satan) contre Royaume (du Christ). L'esprit du monde et de l'adversaire combattent l'Esprit Saint en nous : ne laissons pas la chair prendre le dessus.

Famine (spirituelle) : ceux qui ont faim de la Parole qu'est Christ. Plus le combat est violent, plus la faim du Logos se fait sentir en nous, afin d'en être habités pour combattre avec les armes de Dieu que sont les manifestations de l'Esprit.

Séismes : quand on rencontre Christ, notre vieille nature est ébranlée, nos certitudes tremblent sur leurs bases et s'effondrent. Nos villes fortes, nos tours d'ivoire, vacillent et tombent pour laisser le terrain libre à l'édification du Christ dans notre être profond.

V8
Commencement des douleurs de l'accouchement = nouvelle naissance (due à l'engendrement d'en haut) : début de la guerre entre le nouveau-né (dans le Royaume des Cieux) d'un côté, et le monde, la chair et l'adversaire de l'autre.

V9
Alors : quand vous serez convertis, la tribulation commencera; on vous fera mourir à cause de moi (Rom.8:36). Vous subirez de petites morts. Le monde vous rejettera (vous serez morts au monde).

V10
Plusieurs perdront La Relation, préféreront la chair (qui peut se manifester aux 3 niveaux : corps, âme et esprit) à la mort du vieil homme.

V11
Cf. v.4

V12
Le manque de normes se multipliera.
Si on prend les normes du monde, on se refroidit (ici, amour = agapè).

V13
Persévérer jusqu'à la fin = tenir jusqu'au but (Apoc.2:7,10,17; 3:5,21).

V14
Cela sera dit à toute la maisonnée (à chacun pour témoignage). Alors sera le but : le Seigneur pourra moissonner.

V15
Abomination = objet de dégoût, de mauvaise odeur : quand nous voyons qui nous sommes vraiment, qui est réellement assis sur le trône de notre moi : le vieil homme, qui est sans Relation (désertification = isolement, seul, sans relation), et dégage la mauvaise odeur de la séparation d'avec Dieu (=/= bonne odeur de Christ)...

Luc // (21:20) a Jérusalem (= ensemble des croyants) investie : notre ville de paix est investie par le vieil homme

V16
...fuyons dans les montagnes : là où on rencontre le Christ (Hé.12:22).
Que ceux qui sont engendrés d'en haut (car sur le terrain où le Christ est né) montent à la montagne de Sion (Cène) pour prendre des forces pour le combat (Hé.11:14-15; Za.14:5).

V17
Celui qui est sur la terrasse du toit (qui regarde le ciel) ne descendra pas dans sa maison, dans la structure où on est né : ne pas redescendre là où on est né physiquement, dans le système du vieil homme, mais rester sur le terrain spirituel de la nouvelle naissance, de l'engendrement d'en haut.

V18
Champ = moisson (travail pour le Seigneur) : qu'il ne se dé-convertisse pas (ne retourne pas en arrière); cf. femme de Lot

V19
Femme = Église : malheur à (hélas pour) ceux qui ne sont pas encore nés, qui n'ont pas la force de traverser le Jourdain (aux assemblées qui n'ont pas de nouveaux-nés), et à celles qui allaitent : le chrétien doit être un homme accompli.

V20
Hiver = moments difficiles, sécheresse spirituelle : plus de fruit, tout est caché (v.29 : soleil obscurci).
Sabbat = repos éternel (Héb.) => jugement : que votre fuite n'arrive pas quand c'est trop tard.

V21-22
Car il y aura alors une grande tribulation, telle qu'il n'en a pas été faite...
Abrégés = limités : le Seigneur ne donne pas d'épreuves au-dessus de nos forces (mort physique = quand le Seigneur dit : cela suffit).

V23-25
Pseudo oints : ils attirent à eux, et font errer les élus, afin de les faire déchoir de leur élection.

V26
Désert : éloignement volontaire du monde (p.ex. couvents). Or, on amène le monde avec soi, au couvent; et inversement, on peut être hors du monde (pas du monde) tout en étant dedans (dans le monde).
Chambres : locaux de culte (Dieu n'habite pas les constructions d'hommes).
Ne croyez pas ceux qui matérialisent les lieux spirituels : vous êtes le Temple du Saint-Esprit, la rencontre avec Dieu a lieu dans votre coeur.

V27
Sa présence se voit nuit et jour, si on a la vision spirituelle des choses.

V28
Cadavres : ceux qui ont été mordus par le Serpent.
Aigles : oiseaux maîtres des airs => puissance spirituelle (ailes = dons de l'Esprit).
C'est donc l'Esprit qui nous mène à l'écart, au vrai désert (où il n'y a pas le monde) : nous sommes à part en Esprit.
Là où est le cadavre du vieil homme, là est l'Esprit. Voir Job 39:30

V29-31
Aussitôt à côté de la tribulation : même principe que les transparents superposés du livre de l'Apocalypse : il s'agit du même tableau ("à côté"), qui complète les autres. On dissèque le coeur de l'homme.

Le soleil est obscurci à cause de la fumée qui sort du puits de l'Abîme (= coeur de l'homme - Ps.64:7) d'Apoc.9:2.
Conséquence : l'Église (la lune, qui est censée refléter la lumière du Soleil de Justice) ne donne pas sa clarté.

Astres : cf. 1/3 des étoiles d'Apoc. : la partie spirituelle de l'homme tombe à cause du péché.

Signe = Sa victoire et Son oeuvre (croix); fin Apoc.11, on voit l'arche, qui contient le propitiatoire, donc la croix.

L'Esprit du v.28 est un des tranchants de l'épée à deux tranchants (litt. : bouches) que nous trouvons dans le livre de l'Apocalypse : il nous défend dans la tribulation (cf. 25:4); l'autre tranche, juge (trie) ceux qui s'aveuglent.

V32-36
Figuier : pères du peuple d'Israël.
Branche : le Seigneur (sortant du tronc d'Isaï).
Feuilles : respiration (esprit).
Été proche : le Royaume (Luc 21:31).
Les pères avaient vu le Jour du Seigneur, jour de délivrance pour les pécheurs sauvés (et de jugement pour les pécheurs refusant le salut).

Cette génération (race humaine, tant qu'il y aura des hommes, les 1000 ans d'Apoc.) ne passera pas, que tout cela n'ait été fait.
Tant qu'il y aura des hommes, il y aura des pécheurs sauvés et des pécheurs perdus. Et parmi les sauvés, des charnels et des spirituels.
Mais nul ne sait l'heure de son jugement : pour le sauvé, c'est le jour de son engendrement d'en haut (il est jugé en Christ, donc sauvé); pour le perdu, c'est au moment de sa mort physique (nul ne sait le jour ni l'heure...).

V37-39
Avant le déluge (baptême), la terre était maudite (sujette à destruction); après, elle ne l'est plus.
On a ici la croissance (manger, boire) et l'hérédité (mariage) : on est au niveau biologique. Et l'Esprit ? Ceux qui s'attendent à des cataclysmes de fin du monde ne verront rien, car n'étant pas au niveau spirituel. Lorsque les grandes choses se produisent (au niveau spirituel), eux mangent, etc...

V40-42
Les verbes sont au présent:
L'un est pris (2 fois).
...quel jour votre Seigneur vient.

Certains ont l'Esprit, d'autres pas.
Dans les Écritures, il y a toujours les nations, et un reste (les préservés). Le reste fuit à Jérusalem (La Céleste) et est racheté.

Cf. Rom.9:27; Es.11:11, 4:2, 49:6; Jér.23:3; Mi.4; Soph.3:12; Za.8:7

V43-44
Comme le voleur vient, le Fils de l'homme vient (verbes au présent).
Tenez-vous prêts: litt. soyez faits prêts.
La victoire consiste à garder La Relation, ne pas perdre l'Esprit (1/3 des étoiles d'Apoc. qui tombent).

V45-47
Esclave de foi (1) et lucide, conscient : la conscience est la porte de l'esprit, la faculté de se rendre compte. Un autre niveau de l'esprit est la foi, qui est La Relation avec Dieu.

V48-51
Il suffit d'être avec (manger, boire avec) les ivrognes - aux 3 niveaux (2) - sans l'être soi-même (au sens propre), pour être réprouvé.

Le jugement n'est en fait qu'une constatation d'un état.

Mon Seigneur prend son temps.

Retranchera : litt. coupera en deux (spirituellement parlant, bien entendu).

(1) "être de foi", cela veut dire "avoir La Relation avec Dieu".
(2) Lorsqu'on dit "aux trois niveaux", cela veut dire "corps, âme, esprit". P.ex., être ivrogne aux 3 niveaux signifie, en plus du sens habituel (1er niveau, celui du corps), s'enivrer d'idées - "idéo-lâtrie" -, de culture, de sentiments pour le 2ème niveau (celui de l'âme), et s'enivrer de mysticisme, de "religion" pour le 3ème niveau, celui de l'esprit.
Source (avec termes grecs)

Voir également :
Le jugement du vieil homme (2 Thess 2:1-12)
Apocalypse de la Vie en Christ (Ezéchiel 1:1-28)
Livre de l'Apocalypse


Matthieu 10:29

Ne vend-on pas deux moineaux pour un as ?
Cependant il n'en tombe pas un seul à terre sans votre Père.

Ce n'est pas seulement sans qu'Il le sache, mais c'est surtout sans qu'Il l'ait prévu ou sans qu'Il le veuille.

La souveraineté du Père en toutes choses est ici affirmée. Toute circonstance est sous Son contrôle. Même la plus insignifiante à nos yeux.

C'est pourquoi je peux regarder comme joie toute entière lorsque je tombe dans diverses épreuves (selon Jacques 1:2), puisque Celui qui est en moi est plus grand que celui qui est dans le monde (selon 1 Jean 4:4). Ainsi, je peux me décharger sur Lui de tous mes soucis, car Il prend soin de moi (selon 1 Pierre 5:7), et tout concourt à mon bien (selon Romains 8:28).

La tradition en 3 passages bibliques

Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie au moyen d'une philosophie trompeuse et vide, selon la tradition des humains, selon les éléments du monde, et non pas selon le Christ.
Colossiens 2:8

Pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ?
Vous avez annulé la parole de Dieu à cause de votre tradition.
Matthieu 15:3,6

Ayant laissé le commandement de Dieu, vous vous attachez à la tradition des humains.
Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour maintenir votre tradition.
annulant la parole de Dieu par la tradition que vous avez transmise.
Et vous faites de nombreuses choses similaires.
Marc 7:8,9,13

Exode 15:23-25

Moïse cria vers le Seigneur, et le Seigneur lui montra un bois - il le jeta dans l'eau, et l'eau devint douce.

L'eau amère désigne la Loi, tant qu'elle est comprise selon la lettre : elle est très amère pour le peuple. Mais le Seigneur désigne un bois (l'Arbre de Vie, la Croix), qui rend l'eau douce.

Si donc Christ, La Sagesse personnifiée, est jeté dans l'eau amère, alors celle-ci devient douce, l'amertume de la lettre de la Loi est convertie dans la douceur de l'intelligence spirituelle, et le peuple de Dieu a la possibilité de boire.

Si l'on veut boire à la lettre de la Loi sans l'Arbre de Vie - sans la Croix - sans la foi au Christ, sans l'intelligence spirituelle, on mourra de son excessive amertume.

C'est pourquoi Paul dit : la lettre tue, mais l'Esprit fait vivre (2 Cor 3:6).

(selon Origène, dans son commentaire sur l'Exode)

Matthieu 19:17

Segond 21 : Il lui répondit: Pourquoi m'appelles-tu bon? Personne n'est bon, si ce n'est Dieu seul.

PDV : Jésus lui répond : Pourquoi est-ce que tu m'interroges sur ce qui est bon ? Un seul est bon, c'est Dieu.

PV : Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? lui répondit Jésus. Un seul mérite d’être appelé bon, c’est Dieu.

NBS : Il lui répondit : Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon ? Un seul est bon.

Darby : Et il lui dit : Pourquoi m’interroges-tu touchant ce qui est bon ? Un seul est bon.

Semeur : Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon? lui répondit Jésus. Un seul est bon.

FC : Jésus lui dit : Pourquoi m'interroges-tu au sujet de ce qui est bon ? Un seul est bon.

TOB : Jésus lui dit : Pourquoi m’interroges-tu sur le bon ? Unique est celui qui est bon.

Liturgie : Jésus lui dit : Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Celui qui est bon, c’est Dieu, et lui seul !

Chouraqui : Il lui dit: Pourquoi me questionnes–tu sur le bon? Unique est le bon!

Jérusalem : Il lui dit: Qu'as-tu à m'interroger sur ce qui est bon? Un seul est le Bon.

Bible Chrétienne : Il répondit: Pourquoi m'interroges-tu sur le bien ? Le Bien, il n'y en a qu'Un seul.

Nous voyons que parmi les traductions actuelles la Segond 21 se distingue des autres (elle met l'autre traduction en note de bas de page). Cette traduction apporte de l'eau au moulin de ceux qui disent : voyez, Jésus lui-même dit que seul Dieu est bon, et non lui... il n'est donc pas Dieu...!

Pourquoi la Segond 21 prend-elle de tels risques ? Pourquoi a-t-elle souvent des traductions biaisées ? Pourquoi met-elle les traductions correctes en notes ? Et surtout : pourquoi se vend-elle si bien ?

Dans Ses Pas


365 méditations sur le monde, Dieu et l'être humain, accompagnées d'un verset de la Bible et d'une citation d'auteur. Elles permettent de réfléchir au sens de la vie telle que Dieu la conçoit, en vue de transformer notre vision du monde.

Passez un moment avec Dieu chaque jour, par la lecture et la réflexion personnelle. Chaque méditation s’appuie sur un verset biblique autour du thème du renouvellement de nos pensées.

Le chrétien, emporté par ses activités quotidiennes, appréciera de s’arrêter un moment pour redéfinir ses priorités à la lumière de la réflexion du jour.

Cette réflexion solide en lien avec notre société peut changer notre vie... Laissons-Le donc changer notre façon de penser et de vivre.

Dans Ses Pas - 365 méditations, LLB

Ephésiens 4:8

Ps 68:18/19 // Eph 4:8

Éphésiens 4:8 a littéralement :

Étant monté vers la hauteur, Il a fait captive la captivité, Il a donné des dons aux humains

Il s'agit d'une citation du Psaume 68, verset 18 (ou 19 selon les versions), dont la traduction massorétique se trouve à droite

Il est différent, n'est-ce pas ?

Eh bien... dans la LXX ce passage des Psaumes correspond à ce que dit Paul

La Bible de Paul est donc la LXX, Bible que le Saint-Esprit a choisie pour citer l'AT dans le NT...!

Tu es remonté dans les hauteurs, après avoir fait des prises; tu as reçu des dons parmi les hommes

Certaines Bibles disent en commentaire que Paul cite librement ce verset en Eph 4:8 - or, Paul cite simplement ce verset lu dans la LXX, et non pas dans la version massorétique!

D'autres mettent la véritable traduction en notes de bas de page... c'est mieux que rien!

Les plus ignorants (pour ne pas dire malhonnêtes) vont jusqu'à trafiquer le NT : ils modifient ce que dit Paul en le remplaçant par le texte massorétique... ni vu, ni connu...!


Où trouve-t-on ce texte ?


Le sens des mots

Avec le temps, certains mots du NT ont changé de sens, car plutôt que de les traduire, nous en avons conservé la forme originelle, et avons ainsi perdu de vue ce qu'ils signifiaient initialement.

Ainsi, "évangile" désigne la bonne nouvelle du salut, c'est pourquoi une bonne traduction devrait dire "bonne nouvelle" plutôt qu'utiliser le terme "évangile" (la NBS p.ex. ne contient pas le mot "évangile").

Autre exemple: nous avons fait du terme "apôtre" un titre. Or, ce mot signifie "envoyé": il s'agit par conséquent d'une fonction. Tout envoyé devrait donc être appelé "apôtre". Mais du fait que nous avons fait de ce mot "apôtre" un titre, nous avons dû inventer un autre terme: les envoyés sont aujourd'hui appelés "missionnaires". Or en Christ tous sont égaux: il n'y en a pas qui sont au-dessus des autres, qu'il s'agisse de ceux que nous appelons "apôtres" ou tout autre titre (voir plus bas). Au contraire, comme l'enseigne Jésus, "Le plus grand parmi vous sera votre serviteur (Mat 23:11)".    

Un exemple parlant: diakonos. Selon qui est concerné, les traductions rendent ce mot par diacre, servant, serviteur, collaborateur, assistant, ministre... Comme pour le mot "apôtre", l'organisation pyramidale héritée du catholicisme (et qui prouve que la Réforme n'est pas terminée...) oblige le traducteur à moduler sa traduction en fonction, non pas du message originel, mais des structures érigées par le vieil homme religieux qui se tapit dans chaque être humain. Ainsi, celui qui sert à table sera "diacre", et l'ancien qui a une fonction de service sera appelé "ministre"... alors que le mot originel est le même, et signifie "serviteur".

Dans la même lignée, Paul se désigne souvent comme "serviteur de Dieu", "serviteur de Jésus-Christ". Dans ces cas, le mot originel est doulos: l'esclave. Ainsi, les traductions traditionnelles ont fait de ceux qui se nomment eux-mêmes "esclaves", des serviteurs, et de ceux que nous devrions nommer "serviteurs", des ministres... Ah, vieil homme, quand tu nous tiens...!

Lorsque les disciples disent "maître" à Jésus, le mot originel, didaskalos devrait être traduit "enseignant", le disciple étant un apprenant. Mais le même terme "didaskalos" attribué à un titre (et non pas à un rôle ou à une fonction, comme cela devrait être le cas) dans l'Eglise, devient "docteur" (en Eph 4:11 p.ex.). Dans les 2 cas, on perd de vue la notion d'enseignement.

Cet article parle du NT. Pour l'AT, voir LXX


Lectures complémentaires:
Glossaire
Patois de Canaan
Articles sur la traduction

Autres articles sur la traduction: cliquer sur traduction dans la liste des libellés en haut du site


Le pasteur ou les anciens ?

Structures du gouvernement de l'Eglise de Jésus-Christ. Qu'en dit la Bible ?

Le pasteur ou les anciens ? Structures du gouvernement de l'Eglise de Jésus-Christ. Qu'en dit la Bible ?
De nos jours, peu de chrétiens réalisent que le mot ‘pasteur’ n’apparaît jamais au singulier dans le Nouveau Testament, à part trois fois, en 1 Pierre 2:25, 1 Pierre 5:4 et en Hébreux 13:20, où le ‘pasteur’ est à chaque fois notre Seigneur Jésus. De même, peu se rendent compte que ce mot ‘pasteur’ est en fait le même ministère que ‘ancien’, et est toujours mentionné au pluriel dans le contexte de la direction d’une Eglise. Pas une seule fois dans le Nouveau Testament nous trouvons une Eglise dirigée par ‘un pasteur’, il est toujours fait mention de ‘les anciens’.

Cependant, le modèle de la direction de nos Eglises aujourd'hui est pratiquement toujours pyramidal, avec à la tête un ‘pasteur’, et souvent, mais même pas toujours, quelques ‘anciens’, qui sont automatiquement plus bas sur l’échelle de l’autorité. C’est devenu un système tellement répandu et accepté que peu de chrétiens voient la différence avec la structure que nous trouvons dans le Nouveau Testament, ou réalisent l’impact que ce modèle non biblique peut avoir sur la vie de l’Eglise, locale et universelle.

Dans ce livre l’auteur dépeint clairement le modèle de la structure du gouvernement dans les Eglises du Nouveau Testament, et la confronte avec ce que nous trouvons aujourd'hui dans nos Eglises. La racine de cette différence est mise à la lumière, et le ‘pourquoi’ d’un système de direction collégiale révélé. A cette lecture, les conséquences d’un non respect de la parole de Dieu, notamment quant à la direction de l’Eglise deviennent de plus en plus claires, et doivent interpeller tout chrétien sérieux, désirant de se soumettre à Dieu, et à sa Parole.

Vous aimeriez lire un extrait gratuit ? Cliquez-ici

La traduction de Marc 7


Lisez attentivement la traduction fidèle de Marc 7.

Comparez avec votre (vos) bible(s).

Tirez-en les conclusions qui s'imposent.

Réponses à des questions fréquentes

Je me sens comme parachuté dans le 'jeu de la vie', sans en connaître les règles.

Certains pourraient être tentés de répondre en disant que les Lois de l'ancienne Alliance sont ces règles.
Cependant, Paul enseigne que ces Lois nous ont été données pour que nous nous rendions compte que sans l'Esprit de Dieu donné par grâce nous ne pouvons vivre en suivant des Lois, Lois que nous avons d'ailleurs demandées en choisissant l'arbre de la connaissance du bien et du mal, à savoir de vivre par nos propres forces en suivant ces Lois, plutôt que de vivre de l'Arbre de Vie en suivant l'Esprit de Dieu.
La règle, c'est donc: suis l'Esprit!
Lire en complément Le choix et Vis ta Vie nouvelle...!


C'est bien joli tout ça, mais certains sont de toute façon prédestinées à être sauvés, et d'autres à être perdus.

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que tous sont destinés, dans le Plan de Dieu, à être sauvés.
Cependant, Dieu nous laisse le libre arbitre: nous pouvons accepter ou refuser ce Plan.
Prenons une analogie: vous donnez à des personnes la possibilité d'aller se servir dans un super-marché, et c'est vous qui paierez. Ces personnes sont choisies, destinées à réaliser votre plan, mais peut-être certaines de ces personnes ne profiteront pas de cette offre - bien que toutes en ont la possibilité.
Dieu, qui voit tout, sait qui acceptera ou non son Plan: ces personnes sont, pour Lui, prédestinées.
Lire en complément La prédestination


Quelle est notre part, et quelle est la part de Dieu ?

Du côté de Dieu, tout est accompli.
De votre côté, acceptez ce "tout est accompli" et entrez dans le Plan de Dieu, laissez-vous transformer et conduire par Son Esprit.
Lire en complément La part de Dieu et notre part


Du moment que nous sommes sauvés, pourquoi la sanctification, et pourquoi la souffrance, et pourquoi ne sommes-nous pas toujours exaucés ?

La sanctification consiste à être mis à part pour Dieu: nous vivons de Christ qui vit en nous (Nouvel Homme), et non pas de l'Adam déchu (vieil homme). C'est une conséquence du salut: nous ne sommes pas sanctifiés pour être sauvés, mais nous sommes sanctifiés parce que nous sommes sauvés.
Lire en complément La sanctification

Quant à la souffrance, elle est un moyen pédagogique utilisé par Dieu pour nous faire avancer dans la foi (voir le livre de Job dans la Bible).
Lire en complément La souffrance

Quant à l'inexaucement, lisez La prière inexaucée


Il y a confusion dans mon esprit: sommes-nous fils, serviteurs ou esclaves ?

Nous sommes fils de Dieu, mais son amour est si grand que nous désirons le servir comme des esclaves: nous désirons ne rien faire sans son accord, et Lui prend soin de nous. Nous ne sommes pas des salariées, ou des mercenaires, mais des fils qui servent volontairement comme des esclaves (non pas les esclaves que nous décrivent les films hollywoodiens, mais des esclaves dans le sens où nous ne nous appartenons plus).
Par contre, nous sommes serviteurs de notre prochain, qui est notre frère, notre soeur, car né(e) du même Père.
Voir en complément Esclave de Jésus-Christ


Dictionnaire grec/français

Si vous avez à coeur de lire la Bible dans sa version originale, vous aurez probablement besoin d'un dictionnaire grec/français. Car même si vous possédez une Bible interlinéaire, vérifiez si les termes sont bien traduits. Et pour éviter le patois de Canaan, n'utilisez pas un dictionnaire de la Bible.

Dictionnaire grec/français conseillé : le Bailly


Le texte dans son substrat originel

Doit-on traduire le texte de la Bible en gardant sa rugosité d'origine, ou est-il préférable de l'orienter dans un sens conforme à la mentalité des personnes à qui est destinée cette traduction ?

Prenons par exemple le chapitre 1 de l'évangile de Marc :

  • presque tous les versets commencent par "et", comme si le narrateur était enthousiaste - presque essoufflé - de raconter son témoignage : n'est-ce pas plus réel, plus vivant ?
  • lorsque Jésus parle, c'est au présent : Il nous parle encore aujourd'hui, dans l'éternel présent de Dieu
  • les mots sont forts, rudes parfois : ce sont les personnes de caractère qui s'emparent du Royaume, pas les hésitants
  • lorsqu'on traduit les mots non pas en patois de Canaan, mais en leur donnant leur vrai sens, le texte devient beaucoup plus clair, plus réel, et plus spirituel aussi...

Laissez-vous entraîner 2000 ans en arrière...

Finalement, c'est quoi, le sabbat ?


Élohim se reposa le 7ème jour (Gen. 2:2-3)
Il nous est demandé d'entrer dans Son Repos (Héb. 4:9)
Venez à moi... je vous donnerai du Repos (Mat. 11:28)

En quoi le Repos de Dieu, que nous offre Christ, est-il en rapport étroit avec Galates 2:20, qui dit : Je suis crucifié avec Christ - et je ne vis plus, moi, mais Christ vit en moi - et ce que je vis maintenant dans [la] chair, je le vis dans [la] foi, la [foi] du Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi ?

La réponse est simple : si moi, je ne vis plus, mais que Christ vit en moi, je suis en constant repos, en Lui.

Le jour du sabbat, c'est donc chaque jour : nous ne portons rien, spirituellement parlant, car depuis notre résurrection, nous sommes dans le repos en Christ, et notre fardeau n'est plus notre fardeau, nos peines ne sont plus nos peines, nos souffrances ne sont plus nos souffrances - Christ les porte pour nous.

Je puis alors lâcher prise, en Lui faisant confiance que rien n'arrive qui ne soit le fruit de son Amour pour moi, et que tout concourt à mon bien (selon 1 Cor 10:13 et Rom 8:28).

De plus, c'est Dieu qui opère en moi et le vouloir et le faire, conformément à Son projet plein d'amour (selon Phil 2:13), du moment qu'en Lui j'ai la vie, le mouvement, et l'être (Actes 17:28).

Le sabbat n'est pas une loi, mais une grâce (cf. Gal 2:16).

Il reste donc un repos sabbatique pour le peuple de Dieu. Car celui qui est entré dans son repos se repose aussi de ses oeuvres, comme Dieu des siennes. Empressons-nous donc d'entrer dans ce repos-là, pour que personne ne tombe de la même manière, en refusant d'obéir (Héb 4:9-11).


A l'école de la grâce

Nous savons que nous avons besoin de la grâce. Sans elle, nous ne serions jamais venus à Jésus-Christ. Mais être chrétien, ce n'est pas seulement venir à Christ. C'est grandir et devenir comme Jésus - c'est rechercher la sainteté. Or la recherche de la sainteté, c'est du travail - et c'est dans ce domaine que l'on passe de la grâce à la discipline – et que l'on commet souvent une grave erreur. Dans "À l'école de la grâce", Jerry Bridges propose une présentation claire et concrète de ce que signifie l'Évangile pour la totalité de la vie chrétienne : de la conversion à la sanctification. Il montre comment la grâce qui nous a permis de venir à Jésus-Christ nous permet aussi de grandir dans la sanctification.

Si vous vous êtes déjà demandé quel était votre rôle et quel était celui de Dieu dans la croissance chrétienne, alors ce livre vous encouragera et vous fera réfléchir. Il vous invitera à vous confier en Christ tout en recherchant avec sérieux la sainteté.

A l'école de la grâce

Le Cantique des cantiques

Dans ce livre, W. Nee interprète l'allégorie poétique du Roi Salomon à propos de l'amour de Dieu. Il examine les différentes étapes de la relation du croyant avec Christ et révèle l'histoire spirituelle de chaque croyant.

L’auteur voit dans le Cantique des cantiques une allégorie de la relation du croyant avec Christ, de la quête à la communion en passant par la délivrance du moi.

Le Cantique des Cantiques est rarement étudié dans les assemblés d'église. L'interprétation qu'en fait W. Nee vous portera au Trône de la Grâce.

Le Cantique des cantiques

W. Nee se convertit en Chine en 1920 à l'âge de dix-sept ans et il commença à écrire la même année. Son ministère dura près de trente ans et Watchman Nee s'est clairement révélé comme un don unique de Dieu à Son Corps pour notre époque. En 1952, il fut emprisonné pour sa foi et le resta jusqu'à sa mort en 1972.

Ses paroles continuent d'être une source abondante de révélation spirituelle et une nourriture pour les chrétiens du monde entier.

Louer pour toutes choses

Si quelqu'un prétendait vous indiquer le chemin le plus court et le plus sûr qui conduit au bonheur et à la perfection, il devrait vous conseiller, comme règle de vie, de remercier et de louer Dieu pour tout ce qui vous arrive. Car il est certain que, quelle que soit l'adversité rencontrée, vous la transformerez en bénédiction si vous louez et remerciez Dieu pour cette épreuve. (William Law)

Je remercie Dieu pour mon infirmité, car c'est au travers d'elle que j'ai trouvé mon Dieu, mon travail et moi-même. (Hélène Keller)

Heureux celui qui se soumet à la volonté de Dieu car le malheur ne l'atteint pas. Les hommes peuvent le traiter à leur guise... il ne s'en soucie pas, il sait que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. (Martin Luther)

Demandez à Dieu la grâce de voir sa main dans chaque épreuve, puis la grâce de vous y soumettre aussitôt. Non seulement de vous soumettre à cette épreuve, mais également de l'accepter et de vous en réjouir... Je pense que, parvenus à ce stade, nous voyons disparaître la plupart de nos ennuis. (Charles H. Spurgeon)

En toutes choses rendez grâces, car telle est la volonté de Dieu dans le christ Jésus à votre égard (1 Thessaloniciens 5:18)
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Ce site ne fait pas d'appels d'argent (*), mais a besoin de vos prières

(*) Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus!
(2 Thess 3:10)